Quelques conseils pour améliorer votre marque entreprise

Votre Marque Employeur est-elle à risque ? Voici 5 obstacles fréquemment rencontrés…

La marque employeur est au cœur de l’ADN des organisations, mais est-elle toujours bien au cœur des décisions qui guident les stratégies d’acquisition et de fidélisation de talents ? Pour assurer la crédibilité de votre marque employeur, il est impératif que les «bottines suivent les babines». Il faut donc veiller à la cohérence indispensable entre la marque employeur et l’expérience des employés et des candidats.

Voici donc les principaux obstacles à reconnaître et à éviter.

1. Oublier « pourquoi » on fait les choses

Plusieurs facteurs de motivation interviennent dans le fait d’avoir envie de se lever le matin et d’aller au boulot avec enthousiasme. Au-delà de l’équipe, la motivation au travail est influencée par l’atmosphère, les tâches, les projets et les défis. Mais il y a aussi le sens que l’on donne à son emploi, à son organisation ainsi qu’à la contribution que l’on fait à plus grand que soi telle que la communauté et la société en général. Cet élément est trop souvent oublié voire négligé.

Il n’y a pas que les gens qui travaillent pour les OBNL (Organismes à But Non Lucratifs) ou ceux qui ont fait «professions de foi» qui veulent un travail qui a un sens.

Je pense à l’histoire de l’agent d’assurance qu’on m’a racontée. Tous les matins, il se lève avec la ferme conviction que son emploi lui permet de prémunir ses clients contre les coups du sort et éviter des déchirements familiaux.

2. Assumer que vos équipes comprennent la direction de l’entreprise et en partagent la vision

Qu’importent les niveaux hiérarchiques où se situent les employés, tous doivent comprendre les décisions que prend le comité de direction et les raisons pour lesquelles ces choix sont faits. Les communications doivent être régulières, répétées et multipliées via différents canaux, formels et informels.

Qui n’a pas déjà laissé échapper dans sa centaine de courriels quotidiens LE courriel d’information qui expliquait tout, en détails, mais… que vous n’avez pas lu et dont vous n’avez jamais entendu parler autrement?

Les dirigeants doivent constamment se questionner. Parle-t-on des «vraies affaires» ou réglons-nous seulement le quotidien et les listes de choses à accomplir? La destination est toute aussi importante que le parcours… N’oublions pas de revenir à la direction que l’on s’est donnée et aux résultats souhaités. Reconfirmons si c’est toujours pertinent et en quoi nos actions sont alignées aux axes stratégiques définis.

3. Ne pas prendre de recul

Cet obstacle est en ligne directe avec le point précédent. Mon expression favorite pour illustrer le propos : «Quand j’ai la tête dans le guidon, j’en oublie parfois le lieu où je dois me rendre, car je suis uniquement concentrée sur la route». Vivre au moment présent c’est bien, mais il ne faut jamais perdre de vue la direction générale.

Prendre un pas de recul, faire un temps d’arrêt, c’est aussi apprendre des erreurs et des difficultés rencontrées par l’entreprise. Il est important et bénéfique de s’approprier ce que l’on pourrait faire différemment la prochaine fois et évidemment, reconnaître aussi les points positifs! On ne se rend pas toujours à cette étape car la tendance naturelle nous ramène souvent à la liste des échecs.

4. Se concentrer uniquement sur les problèmes

Lorsqu’on porte notre attention uniquement sur ce qui va moins bien, nous oublions de souligner les bons coups. On se prive alors d’une source d’énergie et de cohésion au sein de l’équipe. Il faut identifier les réussites et les célébrer. Cela permet de mettre en place les conditions gagnantes lorsqu’on fait face à une situation difficile.

Un post mortem de projet ne doit pas ressembler à un peloton d’exécution, mais plutôt à un examen collectif et honnête qui rassemble toutes les parties prenantes. Il y a certainement une formule qui convienne à votre organisation en ajoutant une touche « fun », que ce soit un 5 à 7 autour d’une bière ou une réunion d’équipe avec une grille d’évaluation formelle.

5. Miser uniquement sur l’effort individuel

Certains employés peuvent travailler en vase clos et être concentrés en accomplissant individuellement leurs tâches, tout en trouvant cela fort satisfaisant. Toutefois, nos actions sont reliées à un tout plus grand au sein d’une entreprise et on ne peut ignorer l’impact de notre travail sur celui de nos co-équipiers.

Chercher des réponses tout seul dans son coin peut parfois être laborieux. Échanger quelques idées avec des collègues qui amènent une perspective différente peut permettre de se sortir d’une ornière et aboutir à des solutions novatrices.

Tout seul, on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin… Ne minimisons pas la force de l’intelligence collective.

La Marque Employeur est l’affaire de tous vos employés. Chacun est un «maillon fort» et nous en sommes les porteurs au quotidien, dans nos actes et nos paroles! Exercez votre vigilance et voyez comment vous pouvez éviter ou contourner ces obstacles dès aujourd’hui.

Sylvie Leclerc

Sylvie Leclerc est conseillère principale, services-conseils chez Illico Hodes. L’entreprise offre aux employeurs des solutions d’attraction et d’acquisition de talents qui visent à leur faciliter la vie et à assurer une expérience attrayante et cohérente aux candidats.