Navigation des articles

equipe-jobboom

Vote secret : la CSN réplique à la CAQ

vote

Le président de la CSN Jacques Létourneau accuse la Coalition Avenir Québec (CAQ) de favoriser des tactiques antisyndicales. Dans une lettre au Devoir publiée aujourd’hui, il dénonce la réforme du processus d’accréditation syndicale souhaitée par François Legault et ses troupes, selon laquelle les employés qui voudraient se syndiquer devraient tenir un vote secret.

Le leader syndical tient à souligner qu’un vote secret suppose au préalable une campagne au cours de laquelle les points de vue pro et anti-syndicat vont s’exprimer. Une telle lutte qui ne saurait avoir lieu à armes égales, car «les salariés qui militeront ouvertement pour l’accréditation s’exposeront au pire, surtout en cas de résultat négatif. Ils seront identifiés par l’employeur comme des trouble-fête et risqueront des représailles de sa part.»

Il rappelle qu’à l’heure actuelle, le processus d’accréditation par signatures fait l’objet d’une vérification par un agent de la Commission des relations du travail, qui s’assure du caractère libre et volontaire des adhésions.

«Pourquoi les législateurs provinciaux et fédéraux ont-ils fait en sorte, dans leur Code du travail respectif, que le choix d’un syndicat soit déterminé par signature de carte d’adhésion plutôt que par vote secret? Pour éviter l’ingérence et l’intimidation d’employeurs auprès de leurs salarié-es […].», écrit-il.

Le chef de la CAQ rétorque qu’on ne peut invoquer aucun argument contre le vote secret. «C’est comme si le 7 avril prochain, il fallait voter à main levée.»

Partager