Navigation des articles

annabelle-boyer

Votre équipe de travail est-elle vraiment soudée?

Vos employés forment-ils vraiment une équipe?

Photo : Gajus / Shutterstock

Les équipes de travail qui ont vécu différentes épreuves et qui ont été bien outillées pour les traverser développent des moyens de communication plus authentiques et respectueux. Leur langage corporel est alors très révélateur de cette complicité qui les unit. Est-ce le cas de votre équipe? Voici ce qu’il faut observer pour le savoir!

Proximité complice

Tout d’abord, lorsqu’il y a complicité, il y a proximité. Les gens ne craignent donc pas les espaces restreints comme les ascenseurs ou les salles trop petites. Ils s’en accommodent plutôt aisément.

Lors des discussions, les torses se font face et la distance entre eux est courte. Il peut y avoir un toucher de l’avant-bras ou de l’épaule. Dans certains cas, on peut observer le partage des crayons, tablettes de papier, collations, etc. sans qu’une demande verbale n’est eu besoin d’être formulée.

En cas de non complicité, une certaine frustration est observable, non exprimée mais ressentie par les autres.

Adaptation et attentions

Les collègues complices ont tendance à compléter les phrases des autres, à mettre les autres en valeur en leur cédant la place physiquement lorsque l’attention est dirigée vers eux. Le respect des différences de personnalités est de mise.

En situation de stress, certains d’entre eux vont agir comme modérateurs, médiateurs et assainisseurs, même si cela ne leur est pas demandé et ne fait pas partie de leurs tâches : ils vont aider à faire ventiler sans envenimer l’animosité.

Leur ton de voix sera encore plus bas, plus lent, plus calme et le toucher très présent. Ils peuvent enlacer, poser une main dans le dos ou sur l’épaule, soutenir physiquement.

Lorsqu’une équipe est immature et que les commérages se répandent, on se retrouve plutôt avec des gérants d’estrade agressifs. Le ton est bas (chuchotements) mais non chaleureux. Les gestes sont très démonstratifs voire spectaculaires ou, au contraire, les mains sont agrippées à quelque chose parce que la personne est en mode vigilance.

En cas d’affrontement

Toutes les équipes vivent des moments de tension attribuables au stress des échéanciers, aux plaintes désagréables des clients, aux erreurs internes qu’il faut réparer et surtout aux problèmes de communication.

Cependant, lorsqu’une réelle complicité s’installe, la volonté de vengeance s’estompe. Au contraire, les collègues ne veulent pas augmenter la pression, ils veulent mieux se comprendre. Les conflits sont donc moins spectaculaires.

Ainsi, le ton de voix reste calme, le débit est lent et le timbre est accueillant. Les corps des interlocuteurs tendent à s’orienter les uns vers les autres sans être envahissants ou agressifs. Les poignets demeurent relativement détendus et le corps continue de se mouvoir.

Notez que si un désaccord survient, le stress ou la colère est observable dans la voix : la dernière syllabe prononcée sera plus aigüe que les autres.

Saine communication

Les contacts visuels sont fréquents lorsque la complicité est bien instaurée. Ils ne sont pas invasifs, mais présents.

Les gens ayant tendance à faire attention aux termes utilisés pour ne pas froisser, le regard va se défocaliser, c’est-à-dire que, pendant qu’il parle, votre interlocuteur va regarder ailleurs pour trouver l’information juste et les bons mots à utiliser. C’est normal. Il clignera des yeux souvent quand il écoute pour enregistrer ce que vous lui dites. Les poignets, les épaules et les jambes sont détendues.

Je vous invite donc à observer le langage corporel des membres de votre équipe et, lorsque vous sentez une tension dans l’air, à observer le vôtre : vous repliez-vous sur vous-même, vous détournez-vous de la scène ou demeurez-vous présent physiquement afin d’intervenir?

annabelle-boyer
Annabelle Boyer

Annabelle Boyer, CRHA est spécialiste de la synergologie, la lecture du non verbal. Elle est auteure des livres Relations sous emprise et Je lis en vous… savez-vous lire en moi? chez Béliveau Éditeur. Elle dirige également ABC Solution, une firme spécialisée en développement organisationnel et en ressources humaines.

Voir ses derniers articles »

Partager