Navigation des articles

anick-perreault-labelle

Un premier salaire : thérapeute en réadaptation physique (TRP) dans le secteur public.

Même sans expérience, les TRP du réseau public de la santé gagnent un salaire supérieur à celui de la moyenne des travailleurs québécois!

«Le Québec compte 2 200 TRP, dont environ la moitié sont embauchés par le secteur public», dit Louise Richard, TRP et avocate au service juridique de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ). Qu’ils travaillent dans un CLSC, un CHSLD, un centre de réadaptation ou un hôpital, les TRP doivent posséder un DEC en techniques de réadaptation physique et être membres de l’OPPQ pour pratiquer leur métier.

Ils obtiennent, dès l’entrée, un salaire horaire de 21,19 $. Cela dépasse le salaire moyen des travailleurs québécois, toutes spécialités confondues, que l’Institut de la statistique du Québec établit à 20,80 $ l’heure. En plus, les TRP décrochent une augmentation salariale chaque année. Après 12 ans de service, ils atteignent le maximum prévu à leur convention collective, soit 29 $ l’heure.

Primes à foison

«Lorsqu’ils travaillent le soir ou la fin de semaine, les TRP reçoivent une prime de 4 %, soit 22,03 $ l’heure pour les débutants [plutôt que 21,19 $], indique Nathalie Lévesque, porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux. Par ailleurs, quand ils sont en congé, s’ils sont disponibles pour rentrer au travail en cas de besoin, ils reçoivent une heure de salaire pour chaque tranche de huit heures de disponibilité.» Enfin, ceux qui travaillent loin des grands centres reçoivent une prime annuelle d’environ 5 000 à 17 000 $, selon la région où ils sont établis et le nombre de personnes à leur charge. Bref, ils ont de quoi mettre du beurre sur leurs épinards!

Partager