Navigation des articles

marika-gauthier

Travailler aux côtés de la mort

Les médecins sont presque tous confrontés, un jour ou l’autre, à la mort d’un patient. Ils doivent ainsi apprendre à apprivoiser les limites de leur pratique.

Les médecins spécialisés, comme les gériatres, les oncologues ou les urgentologues, expérimentent fréquemment le processus du deuil. Dr Guy Lapierre, pneumologue pédiatrique à l’hôpital Sainte-Justine, s’occupe de patients aux prises avec des maladies fatales. «Plus jeune, la mort d’un patient me brisait et je devais cesser de travailler quelques jours. Avec le temps, je ne suis pas devenu insensible, mais j’ai appris à faire mon deuil plus rapidement», dit-il.

À l’époque où il a suivi sa formation, on n’apprenait pas aux futurs médecins à se familiariser avec la mort. Aujourd’hui, les enseignants y sont sensibilisés. Dr Jean-Marc Bigonesse, médecin en soins palliatifs et professeur à la faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke, anime un atelier sur le sujet. «En apprivoisant un peu plus la mort, comme une réalité de la vie, les médecins sont moins enclins à vivre un sentiment de complète impuissance ou de fuite», dit-il.

De l’aide à portée de la main

Il existe un programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ) qui soutient ceux qui se sentent démunis devant la mort d’un patient. «Ils peuvent y rencontrer un médecin-conseil ou obtenir des références pour un psychologue», explique Dre Claude Johnson, médecin-conseil au PAMQ. Au cours de leur pratique, les médecins formés pour sauver des vies doivent apprendre que la mort est parfois inévitable.

Partager

SUR LE MÊME SUJET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *