Navigation des articles

louis-philippe-messier

Travail à la maison : bonjour les distractions!

Pas facile d’être super efficace quand on travaille à domicile! Aperçu des tentations qui risquent de se présenter.

Travailler à partir de sa maison signifie mille et un dérangements.

«Beaucoup de travailleurs autonomes se font demander par leur conjoint de préparer le souper ou de passer la vadrouille, comme si le fait de travailler à la maison impliquait qu’on est forcément disponible», raconte Sylvain Boisjoli, directeur de l’Institut de formation Summus, une entreprise de services-conseils aux travailleurs autonomes.

«Les contractuels avec famille doivent délimiter un espace de travail sacré et interdit d’accès à leurs enfants pour éviter d’être envahis», conseille Louise Lapointe, présidente de l’association de travailleurs autonomes Affaires et développement québécois.

Séparer le bureau du logis et le travail de la vie personnelle

Les célibataires, eux, fabriquent souvent leurs propres sources de dérangement. Même si aucun proche ne les envahit, la frontière entre le travail et leur vie personnelle s’estompe : certains étalent leur bureau dans tout leur logement et leur horaire de travail quotidien sur 24 heures.

«Quand je réalisais mes premiers contrats de génie électronique, je me surprenais parfois à travailler excessivement tard, raconte Philippe Lévesque, un ancien travailleur autonome en génie électronique. J’ai peu à peu appris à m’en tenir au 9 à 5.»

Un travailleur autonome devrait enfin s’assurer de ne pas crouler sous les responsabilités professionnelles. «Réserver du temps pour sa vie personnelle n’est pas un signe de paresse», conclut Mme Lapointe.

Partager