Navigation des articles

emmanuelle-gril

Tout quitter pour vivre en région

Montréalaise dans l’âme, Maude Letendre n’a pourtant pas hésité à venir s’établir à Rouyn-Noranda. Un choix qu’elle ne regrette absolument pas!

À l’été 2008, Maude Letendre a fait ses bagages et suivi son conjoint qui venait de décrocher un poste d’enseignant en philosophie au Cégep de Rouyn-Noranda. Détentrice d’une maîtrise en anthropologie, elle a pour sa part rapidement déniché un poste d’agente de planification, de programmation et de recherche pour les affaires médicales, à l’Agence de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue.

«À Montréal, je n’aurais sans doute pas pu obtenir un tel emploi, car de nombreux candidats auraient postulé pour l’avoir. Ici, c’est un petit milieu, et mes chances étaient plus grandes», explique-t-elle. Elle estime donc qu’elle a pu décrocher un poste plus intéressant et plus facilement que si elle était restée à Montréal.

Faire sa place

«J’ai toujours été une “bibitte à béton”. Je disais que je vivrais toujours en ville, et pourtant, je suis tombée amoureuse de la région!» confie Maude qui apprécie beaucoup son nouveau milieu et train de vie. «L’environnement est très dynamique, il y a plein de choses à faire au niveau culturel. Ici, c’est également plus facile de s’impliquer et de faire sa place : pour ma part, je participe à une ligue d’improvisation.»

Adepte des marches dans les sentiers pédestres et de la pêche, Maude avoue être comblée sur ce point. «Il suffit de rouler 15 ou 20 minutes en dehors de la ville, et on est déjà en pleine nature!» Une richesse inestimable pour les amoureux du plein air.

Partager