Navigation des articles

julie-leduc

Renseignements personnels : en fournir ou pas?

Une firme de recrutement qui possède mon dossier de candidature m’a demandé des références sur une personne qui a déjà travaillé dans la même entreprise que moi. Je n’ai pas fourni de renseignement car je n’ai pas connu cette personne au cours de mon mandat dans cette compagnie. Toutefois, je me demande si la firme de recrutement a le droit de communiquer avec des personnes autres que celles suggérées à titre de références.

La firme de recrutement a le droit de communiquer avec d’autres personnes que celles dont les noms ont été fournis en références par le candidat à l’emploi, à condition qu’elle respecte les dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé. Selon l’article 6 de cette loi : «La personne qui recueille des renseignements personnels sur autrui doit les recueillir auprès de la personne concernée, à moins que celle-ci ne consente à la cueillette auprès de tiers.» Autrement dit, il faut que le candidat sur qui on demande des renseignements ait consenti par écrit à ce que des informations soient prises à son sujet auprès d’autres personnes.

Pour bien agir, les firmes de recrutement doivent faire signer une autorisation à leur candidat leur permettant d’obtenir des renseignements sur lui auprès de tiers. Selon la loi, l’objet de la demande de renseignements et son utilisation doivent aussi être bien définis. On demande la permission de recueillir des informations sur l’expérience professionnelle du candidat pour les transmettre à un éventuel employeur. Par ailleurs, le consentement n’autorise pas le recruteur à recueillir des renseignements sur la vie privée du candidat – sa vie conjugale, son état de santé, etc. – ni à les divulguer. Idéalement, le consentement devrait aussi être limité dans le temps; on devrait le demander pour une période d’environ un an. Cet aspect n’est pas exigé comme tel par la Loi, mais dans les faits, une demande de renseignements en 2007 basée sur un consentement accordé en 1999 serait contestable, parce que trop éloignée dans le temps.

La personne à qui on demande des renseignements doit aussi prendre certaines précautions. Elle n’a pas le droit de divulguer n’importe quoi à n’importe qui. On ne donne pas des renseignements personnels sur quelqu’un au téléphone à une personne qu’on ne connaît pas. Si un recruteur vous appelle pour obtenir des références sur un collègue ou sur un ancien employé, vérifiez d’abord s’il est autorisé à le faire. Si c’est le cas, exigez une copie de son autorisation écrite. Vous serez ainsi assuré de parler en toute légalité.

Partager

SUR LE MÊME SUJET