Navigation des articles

amelie-cournoyer

Relève recherchée en assurances et en services financiers

assurances

Avec une population vieillissante qui planifie sa retraite, la multiplication des produits financiers et un important besoin de relève, les perspectives d’emploi demeurent excellentes dans le secteur des assurances et des services financiers, année après année.

Qu’on soit en période de récession ou de prospérité, la population a toujours besoin des conseils d’un expert en services financiers et en assurances. «Quand l’économie va mal, les gens veulent savoir s’ils épargnent suffisamment et s’ils sont bien assurés en cas de maladie, d’invalidité ou de décès. Lorsque l’économie se porte bien, ils consultent davantage pour placer et investir leur argent», illustre Yves L. Giroux, président du conseil d’administration de l’Institut québécois de planification financière (IQPF).

Luc Labelle, président et chef de la direction de la Chambre de la sécurité financière, constate que les besoins sont particulièrement importants dans les secteurs de l’assurance de personnes et de la planification financière. L’IQPF a d’ailleurs décerné 187 diplômes en planification financière en 2012, une hausse d’environ 15 % par rapport à l’année précédente. Tous les finissants avaient trouvé un emploi avant même de recevoir leur titre. La tendance devrait se maintenir dans les prochaines années, selon l’Institut.

La Chambre de l’assurance de dommages (ChAD) estime, quant à elle, qu’il y a entre 1 600 et 2 000 postes à pourvoir chaque année au Québec dans cette industrie. Me Robert LaGarde, président de la Coalition pour la promotion des professions en assurance de dommages, observe une pénurie de main-d’œuvre depuis plus de 10 ans dans ce secteur.

Relève

Le vieillissement de la main-d’œuvre stimule le secteur des services financiers. «D’ici 5 ans, nous aurons besoin de 10 000 travailleurs pour remplacer ceux qui prennent leur retraite», affirme Luc Labelle. L’IQPF, de son côté, note déjà un besoin de relève. «Pour 10 planificateurs financiers qui partent à la retraite, seulement 4 diplômés arrivent sur le marché du travail», dit Yves L. Giroux.

À la ChAD, la moitié des membres ont 45 ans et plus. On prévoit donc de nombreux départs à la retraite dans les 10 prochaines années.

Portrait statistique

En 2013, la Chambre de la sécurité financière comptait 31 611 membres spécialisés en courtage en épargne collective (52 %), en assurance de personnes (28 %), en planification financière (10 %) et en assurance collective de personnes (10 %).

Avec ses 1 300 employeurs, le secteur de l’assurance de dommages fournit des emplois directs à plus de 24 000 personnes, dont plus de 14 500 certifiés, qui occupent des postes de courtiers en assurance de dommages (46 %), d’agents en assurance de dommages (34 %) et d’experts en sinistre (20 %).

Où travailler?

Les principaux employeurs du secteur sont les institutions financières, les cabinets de services financiers, les firmes de courtage et les compagnies d’assurance.

La majorité des travailleurs exerce dans les grands centres urbains, mais la demande est également forte en région.

Établissements offrant le programme
Conseil en assurances et services financiers 

Cégep de Sainte-Foy (Québec)
Cégep de Lévis-Lauzon (Lévis)
Cégep régional de Lanaudière (Joliette)
Collège Montmorency (Laval)
Cégep du Vieux-Montréal (Montréal)
Collège LaSalle (Montréal)

Répartition du nombre de travailleurs en 2013

Assurance de personnes et sécurité financière

Spécialistes en courtage en épargne collective 16 500
Spécialistes en assurance de personne 8 900
Planificateurs financiers 3 200
Spécialistes en assurance collective de personnes 3 000
Assurance de dommages

Courtiers en assurance de dommages 6 615
Agents en assurance de dommages 5 080
Experts en sinistres 2 898

Recherchés

  • Courtiers en valeurs mobilières
  • Planificateurs financiers
  • Représentants en épargne collective
  • Représentants en assurance de dommages et en assurance de personnes

Pour aller plus loin

Source : Les carrières d’avenir 2014, Jobboom


commentez@jobboom.com

Partager