Navigation des articles

frechette-lessardetall

Rage au bureau

Rage au bureau

De l’anglais work rage. L’équivalent de la rage au volant, mais au travail. Une explosion de colère en réponse à un irritant pourtant mineur, comme un collègue un peu trop bruyant ou un appareil électronique défectueux.

Usage : Après sa cinquième tentative pour régler le problème de bourrage de la photocopieuse, il a été pris de rage au bureau et a donné un bon coup de pied à l’appareil.

À noter : Le concept de rage au bureau existe dans les pays anglophones depuis plusieurs années déjà. Le Sunday Times mentionnait le work rage dès le 5 novembre 1995 dans un article intitulé «Office workers turn violent in “suit wars“».

Le potinage

Rumeurs, potins, commérages, cancans, ouï-dire, qu’en-dira-t-on. Peu importe leur désignation, en milieu de travail, ils ont généralement mauvaise réputation. Certaines entreprises vont même jusqu’à les bannir, histoire d’éviter les dérapages qui ternissent des noms et sapent le moral. Mais difficile de rester de glace devant un «tu sais pas quoi?» vibrant.

    Quelques conseils et observations sur la machine à ragots du bureau. 

  • À la simple mention d’une promotion/rétrogradation/restructuration, le volume de la rumeur ambiante monte d’un cran.
  • Mieux vaut changer de sujet plutôt que de se laisser entraîner à médire sur un collègue absent. Untel a des mœurs légères? Peut-être, mais sait-on qui fera la présentation aux clients la semaine prochaine?
  • Certains savent tourner le potinage à leur avantage. En apprenant entre les branches le départ imminent d’un supérieur, ils ne répètent pas la nouvelle au premier venu. Ils courent déposer leur CV sur le bureau du directeur.
  • Tout finit toujours par se savoir, malgré toutes les promesses de ne rien répéter. Même l’identité des potineurs. À ne pas oublier avant toute séance de commérage.
  • Officiellement, tout le monde trouve que le bureau n’est pas la place pour raconter ses aventures nocturnes délurées. Officieusement, la jeune recrue qui détaille haut et fort ses week-ends endiablés illumine les lundis matin de toutes les oreilles à proximité de la machine à café! Le vieux patron, un peu moins…

Faire une présentation

La simple idée de donner une présentation provoque chez vous des convulsions? Rassurez-vous : pas besoin d’avoir la verve d’Obama pour insuffler un peu de vie à vos exposés. Certaines pratiques simples permettent non seulement d’échapper à une réputation de somnifère, mais améliorent également les chances que votre auditoire retienne votre message.

    France Beaulieu, présidente du bureau de conférenciers Mozaike, révèle les secrets d’un bon orateur.

  • Soyez prêt
    Le succès d’une bonne présentation réside dans la préparation. Déterminez clairement les idées à communiquer, mettez-les par écrit et exercez-vous jusqu’à ce que vous les maîtrisiez. Au besoin, filmez-vous pour avoir l’heure juste sur votre performance.
  • Captez l’attention
    Commencez en force avec, par exemple, une anecdote ou une photo qui fait rire ou réfléchir. Les références à l’actualité sont aussi une bonne façon d’attirer l’attention, tout comme les questions adressées à l’auditoire.
  • Changez de ton
    Évitez de débiter tout votre discours sur la même note. Modulez vos intonations et votre débit, riez ou élevez la voix, histoire de faire un peu de variation.
  • Soignez votre langage corporel
    Adoptez une bonne posture, debout ou assis. Balayez l’assistance du regard pour que chaque personne se sente interpelée de temps en temps.
  • Utilisez un support visuel
    Appuyer votre présentation d’images est essentiel. Mais inutile de détailler chaque élément de votre discours sur une diapo : tenez-vous-en à des mots clés. Terminez avec un rappel des points importants à retenir.

4 choses à savoir sur le harcèlement psychologique au travail

  1. Selon la Loi sur les normes du travail, pour être considérée comme du harcèlement psychologique, une conduite doit être vexatoire, répétée ou isolée mais grave, hostile ou non désirée, porter atteinte à la dignité ou à l’intégrité physique ou psychologique de l’employé, et engendrer un milieu de travail néfaste.
  2. Un employeur ne peut garantir qu’il n’y aura jamais de harcèlement dans son entreprise. Par contre, il a l’obligation de mettre en place des moyens raisonnables pour prévenir ce genre de situation, comme établir une politique sur le respect.
  3. L’employeur est aussi tenu de mettre fin à tout harcèlement dès qu’il en apprend l’existence.
  4. Hormis quelques exceptions, les dispositions sur le harcèlement psychologique de la Loi s’appliquent à tous les travailleurs, y compris ceux qui en sont habituellement exempts, comme les cadres supérieurs, les gardiens de personnes et les travailleurs de la construction.

Désactiver sa boîte vocale

Lire un courriel est beaucoup plus rapide que de prendre un message téléphonique. Si votre travail le permet, jouez d’audace et désactivez carrément votre boîte vocale. Vous économiserez ainsi de précieuses minutes tous les jours. Indiquer votre adresse courriel dans votre message vocal est aussi une façon plus subtile d’arriver au même résultat.

commentez@jobboom.com

Partager

SUR LE MÊME SUJET