Navigation des articles

anne-marie-tremblay

Quel est votre pire défaut?

Personne n’aime parler de ses lacunes, surtout en entrevue. Pourtant, lorsqu’ils vous questionnent sur vos imperfections, les recruteurs ne cherchent pas à vous piéger, mais à mesurer votre connaissance de vous-même.

Julie Keays, agente de gestion des ressources humaines au Centre de Services sociaux de Vaudreuil-Soulanges est impressionnée quand les réponses sont réellement personnalisées.

«Une candidate nous a déjà raconté qu’elle était très sensible. Lorsque son opinion ne passait pas, elle avait tendance à le prendre personnel», raconte-t-elle. Afin de s’améliorer, la personne avait donc développé des trucs, comme prendre un ou deux jours de recul pour peser le pour et le contre. «On voyait qu’elle avait non seulement réfléchi sur elle-même, mais qu’elle était capable de déceler ses faiblesses et de travailler pour se corriger», ajoute Mme Keays.

L’honnêteté

C’est ce que les recruteurs cherchent à mesurer, indique Lucy Rodrigues, chef de section Dotation chez Métro. «Nous voulons savoir si la personne est capable d’être honnête et humble, de reconnaître qu’elle doit améliorer certains points.»

La plupart des recruteurs ne se contenteront donc pas d’une réponse toute faite du type «j’ai les défauts de mes qualités». Certaines réponses pourraient d’ailleurs vous nuire, ajoute Véronique Lessard, conseillère en recrutement chez Beenox, une firme de jeux vidéo.

«Plusieurs personnes me répondent qu’ils sont trop perfectionnistes, la réponse classique. Pourtant, dans notre domaine, avec nos délais serrés, il faut travailler super rapidement. Être trop perfectionniste peut donc nuire à la productivité.»

Partager

SUR LE MÊME SUJET