Navigation des articles

equipe-jobboom

Que vaut un cours en ligne dans un CV?

etudes_maison

L’assiduité à suivre un cours en ligne gratuit peut laisser une bonne impression aux recruteurs.

Suivre un cours universitaire gratuit est maintenant possible grâce au Web (voir à ce sujet l’article Harvard pour tous). Cette nouvelle forme d’enseignement, qui a pris son essor en 2012, est surtout connue sous l’acronyme anglais MOOC, pour massive open online course. Peut-on espérer décrocher un emploi grâce à cette formule qui n’offre pas de diplôme reconnu? Après tout, suivre une telle formation jusqu’au bout suggère que l’on est un candidat compétent et sérieux.

Pensons-y : l’étudiant-internaute a beau s’affranchir des contraintes de temps, de lieu et d’argent, il lui faut quand même suivre les leçons pendant tout un trimestre, en plus de se prêter à des questionnaires de contrôle des connaissances. Aux États-Unis, les plateformes pionnières des MOOC, Coursera et Udacity, vendent d’ailleurs leurs données sur les étudiants aux recruteurs en mal de perles rares.

Soucieuse de rattraper le monde anglophone en matière de MOOC, la francophonie vient de se doter du portail OCÉAN, né en novembre dernier. Il s’agit d’un partenariat entre l’Université de Montréal, HEC Montréal, Polytechnique Montréal et cinq universités francophones européennes. OCÉAN n’héberge pas de formations. Il répertorie plutôt celles qui obtiennent le sceau de qualité de ses comités d’experts issus de tous les domaines. Le portail présente déjà une vingtaine de cours en français, dits FLOTs (formations en ligne ouvertes à tous) et en ajoutera d’autres à mesure qu’ils seront validés.

Sources : Magazine Jobboom, L’Express Emploi, Time, The Chronicle of Higher Education, Université de Montréal

Autres nouvelles :

commentez@jobboom.com

Partager