- Jobboom - http://www.jobboom.com/carriere -

Profession : propriétaire d’une perroquetterie

Posted By Bianca Joubert On 21 novembre 2012 @ 08:00 In Atmosphère,Novembre 2012,Un métier/Une profession | Comments Disabled

Ghyslaine Piette [1]

Ghyslaine Piette, Perroquetterie Nostalgia, Mont-Saint-Hilaire
Photo : Patrice Lamoureux

Sa demeure est un hôtel pour perroquets.

Je garde des perroquets en l’absence de leurs maîtres. Les clients viennent aussi pour les soins : taille des griffes, taille des ailes, changement de pansement des oiseaux blessés.

Je possède moi-même sept perroquets et j’en accueille en moyenne quatre ou cinq autres. Les périodes les plus occupées sont les vacances d’été et le temps des fêtes. Il n’y a que cinq ou six perroquetteries dans la grande région de Montréal et la Montérégie, c’est pourquoi ma clientèle s’élargit rapidement depuis 2003.

Un perroquet n’est pas fait pour vivre en cage, et surtout pas seul à la maison. Les oiseaux sont toujours en liberté quand moi ou mon conjoint sommes là.

On taille les griffes pour le confort : si elles sont trop longues, le perroquet aura de la difficulté à se percher et souffrira. La taille des ailes – une pratique controversée – sert à limiter les déplacements du perroquet, soit pour le rendre plus dépendant de l’humain ou empêcher la fuite de ceux qui vont à l’extérieur. On lave aussi les oiseaux, soit sous la douche, dans le lavabo ou au vaporisateur.

Les perroquets sentent bon! Ils dégagent une odeur de fruits tropicaux, surtout les aras et les perroquets à moustache. Mais la poussière blanche qui protège leur peau se dépose partout sur les cages et les meubles!

Certains clients amènent leur oiseau seulement pour une heure ou deux afin de le faire interagir avec d’autres, généralement de taille et de tempérament semblables. Il y a une hiérarchie chez les perroquets. Il faut leur apprendre que l’humain est au sommet. Ici, c’est le plus ancien et le plus gros qui domine. Il occupe le perchoir le plus haut et ne laisse pas les autres toucher ses choses.

L’attachement du perroquet envers son maître est aussi fort que celui du chien. D’ailleurs, le perroquet appelle souvent son maître «papa» ou «maman»!

Le soin des perroquets comporte des risques de morsures. Mon conjoint a déjà eu un doigt sectionné, et moi, je me suis fait perforer trois fois la lèvre par un cacatoès de Goffin… Mais les perroquets ne crient et ne mordent jamais pour rien. Il y a toujours une raison : la faim, la peur, un inconfort.

Les gris d’Afrique sont les plus intellectuels. Ils ont besoin de logique dans le jeu. Par exemple, ouvrir des coffres au trésor avec des clés pour accéder à une récompense comme une arachide. On dit que cette espèce a un vocabulaire d’environ 300 mots : l’un de nos oiseaux en connaît le double… Les gris d’Afrique adorent aussi s’amuser, en imitant la sonnerie du téléphone, par exemple. Ils comprennent très bien ce qu’ils disent : l’un d’eux a même rendu fou notre caniche. Il l’appelait en imitant ma voix, puis prenait celle de mon conjoint pour le réprimander et lui dire de partir!

commentez@jobboom.com [2]


Article printed from Jobboom: http://www.jobboom.com/carriere

URL to article: http://www.jobboom.com/carriere/profession-proprietaire-dune-perroquetterie/

URLs in this post:

[1] Image: http://www.jobboom.com/carriere/profession-proprietaire-dune-perroquetterie/ghyslaine_piette/

[2] commentez@jobboom.com: mailto:commentez@jobboom.com?subject=Référence : Profession : propriétaire d

Copyright © 2012 Guide carrière - Jobboom. Tous droits réservés.