Navigation des articles

equipe-jobboom

Prévisions d’embauche modestes au Canada

embauche

L’embauche devrait croître au Canada au cours du deuxième trimestre de 2014, mais de façon plutôt modeste, selon une enquête réalisée par la firme de dotation Manpower.

L’enquête révèle que 16 % des employeurs canadiens comptent augmenter leurs effectifs au cours de cette période, tandis que 4 % prévoient les réduire. En faisant abstraction des variations saisonnières, la prévision nette d’emploi se situe donc à 9 %, soit un recul de deux points de pourcentage par rapport au trimestre précédent et de trois points par rapport à la même période en 2013.

Les secteurs de la construction, du transport et des services publics sont ceux qui affichent le plus de vigueur, avec une prévision nette d’emploi de 13 %. Les secteurs de l’éducation, de l’administration publique et de l’industrie minière ont quant à eux fait des progrès par rapport au premier trimestre de 2014.

C’est dans les provinces de l’Ouest que les perspectives sont les plus favorables. «La croissance s’annonce toutefois plus lente en Ontario et au Québec où l’on remarque pour le prochain trimestre très peu de progrès sur le plan du travail à temps plein», indique Byrne Luft, vice-président des opérations de Manpower Canada, par voie de communiqué. En effet, le Québec est la région du pays qui présente les prévisions de croissance les plus faibles, avec 5 %.

Les perspectives sont toutefois favorables dans la Capitale-Nationale, où 22 % des employeurs prévoient augmenter leurs effectifs au cours du prochain trimestre, alors que 5 % songent à les réduire, pour une prévision nette d’emploi de 10 % une fois les variations saisonnières éliminées.

À l’opposé, les prévisions sont plus sombres en Montérégie; 13 % des employeurs de la région comptent embaucher, tandis que 17 % s’attendent à réduire leurs effectifs, pour une prévision nette d’emploi de -7 %.

Toujours selon Manpower, le climat d’embauche s’annonce «tempéré» dans les régions de Montréal et de Laval, et «calme» en Estrie.

Ce sondage a été mené auprès de plus de 1 900 employeurs de partout au Canada.

À lire

Partager