Navigation des articles

equipe-jobboom

Prendre une pause, une question de santé

jeune_homme_stresse

Pas moins d’un travailleur sur deux n’a pas le temps de prendre une pause au boulot en raison d’une surcharge de travail, s’exposant ainsi au risque de développer des problèmes de santé mentale.

En cette Semaine nationale de la santé mentale, qui se déroule du 5 au 11 mai 2014, l’Association canadienne pour la santé (ACSM) invite les Québécois à s’accorder une pause pour ménager leur santé mentale.

Selon l’ACSM, les études démontrent que les personnes qui prennent des pauses au travail ont moins de symptômes liés à des troubles de santé mentale.

Pourtant, les Québécois consacrent de plus en plus de temps à leur boulot. Entre 1998 et 2010, le temps passé au travail a augmenté de 3,9 heures par semaine, alors que le temps libre a diminué de 3 heures.

Cette charge de travail additionnelle peut mener à d’importants problèmes de santé mentale; pas moins d’une visite sur deux chez les généralistes est motivée par la fatigue, un état souvent lié au stress, à la dépression et à l’épuisement professionnel, souligne l’ACSM.

La fréquence des problèmes de santé psychologique au travail a augmenté en flèche depuis 25 ans. Selon l’Organisation internationale du travail, un travailleur sur dix souffrirait de dépression, d’anxiété, de stress ou de surmenage.

Cet état de fait entraîne des coûts importants pour les entreprises. Chaque jour, 500 000 personnes s’absentent du travail pour des raisons de santé mentale.

Partager