Navigation des articles

jean-sebastien-marsan

Placement des diplômés: Centre-du-Québec et Mauricie

Dans les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec, les travaux d’infrastructures urbaines ont accru la demande de travailleurs qualifiés.

Et il ne s’agit pas seulement d’ouvriers de la construction. Les projets d’envergure dans la région favorisent également l’embauche de diplômés en technologie de l’architecture et en technologie de la mécanique du bâtiment, d’autant plus que ces programmes comptent peu de finissants. Au Cégep de Trois-Rivières, par exemple, le programme de technologie de l’architecture comptait 36 finissants se destinant à l’emploi en 2010; 67 % d’entre eux travaillent dans les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Conseiller en emploi au Cégep de Drummondville, Stéphane Ross souligne que le solde migratoire de Drummondville est positif, ce qui a un impact sur la production, le commerce, les services sociaux, etc. «En bureautique, logistique et transport, électronique, informatique et soins infirmiers, les entreprises d’ici peinent à trouver des finissants.» Les diplômés en techniques de génie mécanique sont également prisés. «Il y a au moins trois offres d’emploi pour chaque finissant du DEC Techniques de génie mécanique», ajoute Stéphane Ross.

Un «job sale dans le fond d’une shop»?

La demande est également forte pour les diplômés de Techniques d’usinage. Pourtant, ils manquent à l’appel. «Un employeur m’a dit, sous le couvert de l’anonymat, qu’il est obligé d’engager de “mauvais soudeurs”, car il n’y en a pas assez de bons qui cognent à sa porte», révèle Josée Lachance, conseillère d’orientation et responsable de l’admission en formation professionnelle à la Commission scolaire des Bois-Francs (Victoriaville).

«Il y a beaucoup de préjugés sur le soudage, poursuit-elle. On pense que c’est un “job sale dans le fond d’une shop”. Mais les conditions de travail se sont améliorées. Il y a même des casques de soudeur avec un tuyau à l’arrière pour la ventilation et la climatisation! On est loin du soudeur qui tient son casque d’une main et qui soude de l’autre…» Et pourtant… Le programme Techniques d’usinage de la Commission scolaire des Bois-Francs cessera d’être offert à Plessisville à l’automne 2011, faute d’inscriptions.

commentez@jobboom.com

Partager