Navigation des articles

anne-marie-tremblay

Pas compétent? Soyez franc!

genee

Ça y est, vous avez obtenu la promotion qui vous faisait rêver. Mais quel cauchemar, vous n’êtes pas du tout à votre place! Que faire?

Inutile de prendre vos jambes à votre cou, de vous terrer dans votre bureau ou de mettre en place des subterfuges pour dissimuler votre incompétence. «Vous pouvez penser que vos collègues ne s’en rendront pas compte, mais tôt ou tard, vous serez démasqué», souligne Claire Landry, psychologue industrielle et conseillère en ressources humaines agréée chez André Filion et Associés. Mieux vaut jouer la carte de la franchise et tout avouer.

Agir avant de commettre des erreurs

Plus vous attendez avant de lancer un SOS, plus les risques de commettre une erreur impardonnable augmentent. Par exemple, n’attendez pas la veille de votre présentation d’affaires ou de la remise de votre rapport pour tirer la sonnette d’alarme. «Si vous n’avouez pas vos lacunes et que vous ne livrez pas la marchandise, vous risquez de perdre à la fois votre boulot et votre réputation», explique Claire Landry.

Mettre les pendules à l’heure

Commencez par mettre le doigt sur le bobo. Précisez pour quelle tâche vous croyez ne pas avoir la compétence requise, par exemple la gestion de projets ou de personnel. Même s’il vous faut marcher sur votre ego, votre devrez rencontrer votre supérieur pour en discuter.

Faire partie de la solution

Proposez à votre patron des mesures pour corriger la situation et vous améliorer. «Si vous lui présentez des pistes de solution, il pourrait vous donner une chance», affirme Nathalie Martin, conseillère en orientation et présidente d’Enjeux Carrière. Par exemple, pour combler vos lacunes en gestion de projets, dites-lui que vous êtes prêt à suivre une formation, ou encore à trouver un mentor pour vous aider. Vous pouvez aussi lui demander un allégement de tâches, le temps de vous adapter à vos nouvelles fonctions.

«Si vous avez été promu, c’est certainement parce que les recruteurs ont vu en vous un potentiel intéressant», ajoute Nathalie Martin. Il ne faut donc pas vous décourager au premier obstacle. Par contre, si rien ne peut combler le fossé de vos manques, le fait d’avouer rapidement vos difficultés vous permettra peut-être de réintégrer vos anciennes fonctions. Selon Claire Landry, «rester en poste sans être capable de répondre aux exigences ne peut que vous mener vers un éventuel échec.»

Partager