Navigation des articles

julie-leduc

Notaire en entreprise : portrait

Me Sylvie Bourdon, Bombardier Transport
Photo : Éric Carrière

Passionnée par la gestion de contrats, l’administration et le droit commercial, la notaire Sylvie Bourdon a rapidement pris le chemin de l’entreprise privée. Aujourd’hui, elle occupe un haut poste chez Bombardier Transport. Un changement de cap qui lui a fait faire le tour du monde!

Découvrez l’édition 2014 du guide
Les carrières du droit.

«Quand j’ai commencé mon droit, je ne savais pas encore si j’allais faire le Barreau ou choisir le notariat, confie Me Sylvie Bourdon. Mais durant mes études, mon intérêt pour le droit contractuel et le droit fiscal m’a convaincue de devenir notaire.»

Assermentée en 1988 à la Chambre des notaires du Québec, Me Bourdon a d’abord eu une pratique traditionnelle dans une étude notariale. Dix-huit mois plus tard, un chasseur de têtes l’a pressentie pour un emploi dans une entreprise privée. En janvier 1990, elle décroche un poste de conseillère juridique chez Bombardier Transport. «Durant mes premiers mois de pratique notariale, j’avais pu constater que le droit commercial me stimulait beaucoup plus que le règlement de successions ou le droit immobilier. Ce nouveau poste représentait pour moi une chance de développer davantage ce champ d’intérêt. Et comme avant d’entrer à l’université j’avais hésité entre des études en droit et en administration, j’y voyais une occasion en or de joindre mes deux passions.»

Petit train va loin

Sylvie Bourdon a su tracer sa voie malgré son jeune âge, 24 ans, à l’époque. «J’étais peut-être un peu naïve, raconte la notaire en riant, mais je n’ai pas souvenir d’avoir eu du mal à établir ma crédibilité. Je travaillais pour la division Bombardier Transport Amérique du Nord. Nous étions une petite équipe et j’avais un patron qui, lui aussi, était notaire. Il m’a bien encadrée et j’ai été rapidement intégrée à l’équipe et respectée, même si j’étais la plus jeune. Finalement, j’ai gravi les échelons et grandi avec l’entreprise.»

Je dirige une équipe de 140 juristes répartis à travers le monde, qui travaillent à la négociation et à la rédaction de contrats juridiques liés aux affaires de la division Transport.
Me Sylvie Bourdon

Aujourd’hui, Bombardier Transport est le chef de file mondial dans la fabrication de matériel de transport sur rail. L’entreprise possède 59 sites de fabrication et d’ingénierie dans 23 pays, dont la Suède, la Chine, la France, l’Australie et le Brésil. De son côté, la notaire est graduellement passée du poste de conseillère juridique à celui de vice-présidente des affaires juridiques pour l’Amérique du Nord, avant d’accéder à son poste actuel de vice-présidente contrats, affaires juridiques, propriété intellectuelle, approbation des offres et gestion des réclamations pour tout le Groupe Bombardier Transport.

Des yeux tout le tour de la planète

Celle qui se passionnait pour le droit contractuel est aujourd’hui comblée. Qu’il s’agisse d’un contrat pour la fabrication de 260 nouvelles voitures de métro pour une compagnie de transport de San Francisco, ou de la conception de trains de passagers au Mexique, tous les documents juridiques des transactions de Bombardier Transport passent sous ses yeux. «Je dirige une équipe de 140 juristes répartis à travers le monde, qui travaillent à la négociation et à la rédaction de contrats juridiques liés aux affaires de la division Transport. À titre d’exemples, mon équipe s’occupe de fusions et acquisitions, d’ententes de partenariat, de soumissions et contrats de vente, de gouvernance et de litiges, indique Me Bourdon. Mon équipe voit aussi aux questions juridiques entourant la négociation avec les différents partenaires dans le cadre de partenariats public-privé [PPP]. Tous les aspects juridiques des affaires de l’entreprise passent par mes conseillers juridiques, afin de nous assurer que nos pratiques juridiques sont conformes aux lois qui gouvernent les différents pays à travers le monde.»

Ses responsabilités l’amènent à voyager beaucoup. «Le siège social de Bombardier Transport est à Berlin, où j’ai résidé pendant trois ans. Aujourd’hui, je travaille majoritairement à mon bureau de Saint-Bruno, mais je passe environ le tiers de mon temps en déplacements, surtout à Berlin, mais dans plusieurs autres villes d’Europe ainsi qu’en Asie. Toutes ces expériences professionnelles à l’étranger sont un aspect très enrichissant de mon travail. Je découvre plusieurs pays, avec leur culture et leurs pratiques de travail.»

Une formation qui met sur les rails

La complexité juridique des transactions auxquelles elle est confrontée est un autre aspect stimulant. «Les projets de PPP, par exemple, représentent des structures complexes à gérer, dit Me Bourdon. Cela demande, entre autres, de maîtriser de nombreuses notions juridiques qui peuvent varier d’un pays à un autre. Je crois que la formation rigoureuse des notaires est un plus pour examiner et analyser des dossiers complexes avec tout le sérieux nécessaire.»

Le programme de notariat, qui amène les diplômés à éviter les litiges et à avoir plutôt le réflexe de trouver des solutions satisfaisantes pour toutes les parties, représente un autre atout. «Le conseiller juridique orienté vers la recherche de solutions est très apprécié dans une entreprise qui ne veut pas perdre de clients en raison de litiges.»

«Il faut voir plus loin et voir au-delà d’une pratique traditionnelle du notariat, suggère Sylvie Bourdon. La formation des notaires est solide et peut être très utile aux services juridiques des grandes entreprises. Je conseille aux jeunes étudiants de ne pas craindre de tenter leur chance à des postes un peu moins habituels.» En bref, il ne faut pas avoir peur de monter dans le train quand il passe!

Cet article est tiré du guide
Les carrières du droit 2013

Partager

SUR LE MÊME SUJET