Navigation des articles

josianne-haspeck

Montréal, Laval et Montérégie : placement favorable en santé

secteur_sante

Dans la grande région métropolitaine, le marché du travail est particulièrement favorable pour les diplômés des formations techniques et professionnelles du secteur de la santé.

Que ce soit en soins infirmiers, en technologie d’analyses biomédicales, en assistance à la personne en établissement de santé ou en assistance technique en pharmacie, la demande ne diminue pas, en raison des départs à la retraite et du vieillissement de la population. Les diplômés en secrétariat, en comptabilité et en cuisine sont également recherchés pour pourvoir des postes dans les établissements de santé. «Nous avons lancé l’attestation d’études professionnelles Commis de support administratif pour répondre aux besoins des CSSS. Moins de deux semaines après la fin du programme, 17 % des diplômés des deux premières cohortes étaient embauchés et 55 % étaient en processus de sélection», mentionne Maryse Fortin, conseillère en information scolaire et professionnelle au Centre de formation professionnelle (CFP) des Patriotes, en Montérégie.

La construction recrute

Au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, le nombre de diplômés de Techniques de génie mécanique ne suffit pas. «Nous avons reçu 71 offres d’emploi pour 27 finissants, parmi lesquels 5 ont poursuivi leurs études à l’université», illustre Karin Boyer, conseillère pédagogique responsable des stages et du placement étudiant.

Le fort taux de roulement, les conditions de travail difficiles et les salaires plutôt bas compliquent le recrutement dans les métiers de l’alimentation.

Même constat pour le programme Technologie de la mécanique du bâtiment, offert au Collège Ahuntsic, à Montréal. De janvier à juin 2013, les 45 finissants ont pu choisir parmi 110 offres d’emploi. «La demande est tellement forte qu’ils trouvent de l’emploi même s’ils n’ont pas encore décroché leur diplôme en raison d’un cours manquant, comme le français», indique Jocelyne Levasseur, conseillère pédagogique. La construction résidentielle et commerciale contribue aussi au recrutement des diplômés des programmes Installation et fabrication de produits verriers et Briquetage-maçonnerie.

À la cuisine!

Le fort taux de roulement, les conditions de travail difficiles et les salaires plutôt bas compliquent le recrutement dans les métiers de l’alimentation, mais favorisent aussi le placement. Par exemple, en 2011-2012, seulement 15 personnes ont obtenu leur diplôme en boucherie de détail au CFP des Patriotes, tandis que le CFP Calixa-Lavallée, à Montréal, en diplôme une quarantaine chaque année. Le directeur adjoint au CFP Calixa-Lavallée, Serge Leblanc, estime que le marché en aurait besoin du double.

Tiré du dossier Enquête sur le placement des diplômés 2013

commentez@jobboom.com

Partager