Navigation des articles

louise-casavant

Mon hobby, ma carrière!

Un passe-temps est un bon indicateur de vos habiletés et champs d’intérêt. Quand il prend beaucoup de place dans votre vie, vous pouvez être tenté d’essayer d’en faire votre gagne-pain.

Vous aimez cuisiner et on vous complimente sans cesse sur vos petits plats? C’est loin d’être suffisant pour vous lancer en affaires et ouvrir un restaurant, met en garde Lise Beaulieu, conseillère indépendante en orientation professionnelle. Votre formation et votre expérience dans le domaine doivent vous permettre de répondre aux exigences du marché du travail. Avant de faire de votre passe-temps votre occupation numéro un, voici quelques pistes de réflexion.

Se poser les bonnes questions

Vous devez d’abord évaluer le marché du travail. Trouverez-vous des clients pour acheter vos produits et utiliser vos services? Ceux-ci seront-ils lucratifs? Demandez-vous également si vous aurez toujours du plaisir à faire ce qui vous passionne dans un contexte de rentabilité, fait remarquer Mme Beaulieu. Si vous aimez fabriquer des meubles pour le plaisir, vous détesterez peut-être remplir des commandes ou chercher des clients pour acheter vos produits.

«Vous devez valider le choix que vous vous apprêtez à faire pour vous assurer qu’il correspond tant à vos valeurs et à votre personnalité qu’à votre style de vie et à vos goûts», explique Diane Bastien, conseillère d’orientation chez Brisson Legris, révélateurs de potentiels, une firme d’évaluation et de gestion de carrière. «N’hésitez pas à demander conseil aux gens qui font le travail qui vous intéresse», ajoute Nathalie Martin, présidente d’Enjeux Carrière, une firme spécialisée en gestion de carrière.

Assumer… le succès

Enfin, aussi absurde que cela puisse paraître, assurez-vous de pouvoir gérer… le succès!

«Une cliente, passionnée de cuisine, a ouvert un service de traiteur, raconte Anie-Claude Lamarche, conseillère indépendante en orientation professionnelle. Le succès a été immédiat, de sorte que l’entreprise a grossi très rapidement. Ma cliente s’est retrouvée à passer plus de temps à gérer du personnel, activité très stressante pour elle, au détriment de ce qu’elle aime faire : cuisiner. Elle est finalement retournée à son ancienne carrière…»

Partager