Navigation des articles

corinne-frechette-lessard

Métier : promeneur de chiens

Kyle Bartlett, promeneur de chiens, Le chien urbain

Kyle Bartlett, promeneur de chiens, Le chien urbain
Photo : Patrice Bériault (singenu.com)

Je promène entre 15 et 20 chiens par jour, principalement dans le Plateau-Mont-Royal, Hochelaga-Maisonneuve, le Vieux-Port et près du marché Jean-Talon. J’ai fondé mon entreprise il y a quatre ans, après avoir terminé des études en urbanisme.

Une promenade coûte de 15 à 20 $. J’en offre trois types : les pauses pipi, les marches de 30 à 45 minutes et les sorties «aventure» de 60 minutes et plus, sur le mont Royal ou près du canal Lachine.

Pour minimiser les risques d’accrochage avec d’autres bêtes, je ne fréquente pas les parcs à chiens. Mes chiens sont toujours attachés et je n’en promène jamais plus que six à la fois. Sinon, j’aurais du mal à les contrôler et ça pourrait devenir dangereux. D’ailleurs, à Toronto, une loi interdit de promener plus de six chiens en même temps.

J’ai toujours avec moi : ma laisse maîtresse – que je porte en bandoulière et à laquelle tous les chiens sont attachés, afin d’avoir les mains libres –, des friandises, de l’eau, des souliers imperméables et beaucoup, beaucoup de sacs pour ramasser les crottes. J’ai déjà ramassé plus d’excréments que je pensais le faire dans toute ma vie.

Les gens me confient leur animal et les clés de leur maison. Ce n’est pas rien! J’ai une police d’assurance spécialement conçue pour les promeneurs de chiens – qui couvre les frais de vétérinaire en cas d’accident, par exemple – et une preuve que je n’ai pas d’antécédents judiciaires. Ça aide à gagner la confiance.

J’envoie un rapport écrit à mes clients après chaque promenade. Je leur dis si le chien a fait ses besoins, comment il s’est comporté et les variations dans son état de santé quand j’en remarque.

Au fil des ans, j’ai travaillé avec une centaine d’animaux, du chihuahua au grand danois. Je ne discrimine ni sur la taille ni sur la race : les seuls que je refuse, ce sont les chiens agressifs.

Je ne suis pas un dresseur, mais je suis devenu très habile. Certains maîtres sont jaloux de voir que leur chien m’obéit mieux qu’à eux!

Pendant la journée, les chiens sont mes seuls compagnons. Je m’attache beaucoup à eux. J’essaie de ne pas faire de favoritisme, mais certains me plaisent plus que d’autres – en général, ceux qui sont les mieux élevés! Le plus difficile, c’est quand ils déménagent ou doivent être euthanasiés. Heureusement, ça n’arrive pas souvent.

commentez@jobboom.com

Partager