Navigation des articles

equipe-jobboom

Même riches, les Québécois travailleraient

homme_cinquantaine

S’ils avaient suffisamment d’argent pour vivre confortablement jusqu’à la fin de leurs jours, la moitié des Québécois cesserait de travailler et l’autre continuerait à se rendre au boulot. De quel côté vous rangez-vous?

C’est ce qui ressort d’un sondage sur la satisfaction au travail réalisé par CROP pour le compte de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Au total, 1 150 travailleurs ont répondu au questionnaire en ligne.

D’après leurs réponses, les Québécois semblent généralement heureux au boulot, ce qui explique peut-être qu’ils auraient envie de poursuivre leur carrière même s’ils avaient les moyens de se prélasser toute la journée. Plus des deux tiers se disent satisfaits de leur travail et le taux est encore plus fort chez les employés du secteur public.

Une majorité de travailleurs (69 %) estime pouvoir gérer la conciliation travail-vie personnelle sans difficulté.

La rémunération est toutefois un irritant pour beaucoup de travailleurs. La moitié des répondants estime que leur salaire est trop bas et que les avantages sociaux sont inadéquats. Les employés du secteur privé sont les plus critiques à ce sujet.

Une autre moitié des répondants estiment manquer de reconnaissance de la part de leur supérieur immédiat.

Un faible 13 % des répondants pense quitter son poste au cours des six prochains mois.

Une infographie produite par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés résume les principales conclusions de l’étude.

Partager