Navigation des articles

julie-leduc

Mal à l’aise avec les méthodes de travail du recruteur?

Si vous n’êtes pas à l’aise avec les méthodes de travail que vous propose un recruteur, il faut le dire en faisant preuve d’ouverture et de diplomatie.

En entrevue, quand un recruteur vous demande si une méthode de travail vous est familière et qu’en réalité ce n’est pas le cas, mentionnez-le, indique Annie Chauvette, conseillère en main-d’œuvre pour le Centre d’intervention des Basses-Laurentides pour l’emploi.

Testez l’ouverture du patron

Faites-le toutefois en restant vous-même ouvert et positif, suggère Sylvie Lepage, consultante en ressources humaines et présidente d’Innovation RH. «Ne dénigrez pas les méthodes de l’employeur. Montrez-vous prêt à essayer sa façon de faire, mais expliquez ensuite comment vous aborderiez plutôt la tâche.»

«Tentez de voir si l’employeur est ouvert à l’idée de faire les choses autrement, poursuit Mme Chauvette. Dites, par exemple : “Je ne suis pas habitué à fonctionner comme vous, mais je peux vous expliquer comment je m’y prendrais.” Et faites la preuve que vos méthodes de travail sont efficaces même si elles sont différentes de celles de l’employeur. Avec des exemples concrets, expliquez ce que vous arrivez à faire comme tâches et comment vous vous y prenez.»

Validez votre intérêt pour le poste

Cette question d’entrevue fournit d’excellentes informations pour les deux parties, soutient Annie Chauvette. «L’employeur veut en savoir davantage sur la façon dont vous travaillez. Il veut vérifier si cela convient bien à la culture de l’entreprise. Il n’est peut-être pas arrêté à une méthode. Il veut justement évaluer ce que vous pouvez apporter de plus ou de nouveau à son organisation pour la rendre plus rentable et plus efficace.»

«Si vous sentez qu’il n’y a pas de possibilité d’adapter un peu les façons de faire de l’employeur aux vôtres et que vous ne serez pas bien dans ce poste, réévaluez votre intérêt à travailler dans cette entreprise», note Mme Chauvette. «Si vous ne vous sentez pas à l’aise, c’est peut-être un signe que le poste n’est pas pour vous», ajoute Mme Lepage.

L’erreur à éviter

Ne faites pas semblant d’être d’accord ou à l’aise avec une méthode de travail juste pour avoir l’emploi en vous disant que vous ferez les choses à votre manière une fois en poste, avertit Mme Chauvette. «Car au final, si on vous oblige à adopter les méthodes que vous n’aimez pas, vous serez malheureux.»

Partager

SUR LE MÊME SUJET