Navigation des articles

anne-marie-tremblay

Maestros du marteau recherchés

Avec les investissements gouvernementaux pour l’amélioration des infrastructures, le Québec n’a pas fini de vibrer au son des marteaux-piqueurs. L’industrie de la construction a donc besoin de main-d’œuvre!

Entre 2010 et 2012, le secteur de la construction devra recruter de 9 000 à 15 000 nouveaux travailleurs, selon la Commission de la construction du Québec (CCQ). Actuellement, environ 18 000 personnes sont admissibles à la retraite. «Le remplacement des travailleurs âgés représente entre 2 000 et 3 000 emplois à pourvoir chaque année. Le fort taux de roulement et la création d’emplois s’avèrent toutefois des facteurs plus importants pour expliquer la forte demande de main-d’œuvre», explique Louis Delagrave, économiste et directeur de la recherche à la CCQ.

Des projets d’envergure au menu

La crise financière a fait chuter l’activité dans les domaines de la construction résidentielle, commerciale et industrielle en 2009. Ces secteurs devraient cependant reprendre du poil de la bête avec la reprise de l’économie, prévoit M. Delagrave. Par exemple, des projets comme l’agrandissement du Quartier Dix30, à Brossard, la construction du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM) ou encore le centre récréotouristique et commercial Lac-Mirabel, dans les Laurentides, prendront vie au cours des prochaines années.

Des routes et des ponts

En période de crise économique, le secteur du génie civil et de la voirie a constitué un véritable fer de lance de l’industrie, enregistrant une croissance d’heures travaillées de 20 % en 2009, selon la CCQ. Et, avec les investissements gouvernementaux pour des projets de construction et de réfection des routes, ponts et viaducs, dont certains s’étaleront sur 15 ans, feront travailler les employés de ce sous-secteur. Opérateurs d’équipements lourds, cimentiers applicateurs et ferrailleurs seront notamment très demandés. «Mais les perspectives sont favorables pour la plupart des métiers de la construction», précise Luc Bourgoin, économiste de l’Association de la construction du Québec (ACQ).

Partager

SUR LE MÊME SUJET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *