Navigation des articles

valerian-mazataud

L’exode syrien en images

Des milliers de réfugiés syriens fuyant la guerre civile vivent en Jordanie, où ils ne reçoivent que peu d’aide humanitaire. Portraits.

Environ 35 000 réfugiés syriens en Jordanie sont hébergés dans des camps au nord du pays. Plus de 95 % d’entre eux se trouvent à celui de Zaatari.
Photo : Valérian Mazataud



La consommation d’eau des réfugiés du camp de Zaatari dépasse le million de litres par jour, une demande considérable pour la Jordanie, l’un des pays les plus secs au monde.
Photo : Valérian Mazataud



Vidéo : Les réfugiés à l’école

À Zaatari, certains réfugiés improvisent de petits commerces de vêtements ou de nourriture; d’autres ouvrent des salons de coiffure ou de narguilés. Gagner un peu d’argent sert à améliorer l’ordinaire, mais aussi à échapper au statut d’assisté.
Photo : Valérian Mazataud



La famille Al Shami a fui illégalement le camp de Zaatari et ses mauvaises conditions de vie. La mère et ses huit enfants louent aujourd’hui une maison dans la ville voisine de Mafraq pour 120 DJ (170 $) par mois. L’aîné de la famille, âgé de 15 ans, travaille dans les champs pour moins de 5 DJ (7 $) par jour.
Photo : Valérian Mazataud



Une bénévole de l’ONG Caritas Jordan visite une famille de réfugiés à Mafraq. «En ville, la priorité des familles, c’est de payer leur loyer. Sinon, c’est l’expulsion vers un camp», explique Alain Robyns, conseiller technique à Caritas Jordan.
Photo : Valérian Mazataud



À 13 ans, Mohidin Khassem travaille sur les chantiers pour soutenir sa famille. «Il faut travailler pour gagner sa vie. On n’a pas le droit de rester à rien faire si on n’a pas d’argent.»
Photo : Valérian Mazataud



À Amman, un jeune réfugié exhibe quelques pièces de monnaie syriennes, maigres souvenirs de son pays.
Photo : Valérian Mazataud



Ayman Hijazi, vendeur de vêtements pour hommes à Zarqa, emploie Michel Khoury, un réfugié chrétien d’Hama. Il estime qu’il est devenu très difficile de trouver un bon employé jordanien, alors que les Syriens sont moins exigeants.
Photo : Valérian Mazataud

Dans ce dossier

• Jordanie – Les réfugiés syriens contraints de travailler au noir

Partager