Navigation des articles

equipe-jobboom

Les travailleurs canadiens sont optimistes

optimiste

L’année 2014 s’annonce positive pour l’emploi, du moins, si on en croit la perception des travailleurs canadiens.

BMO a sondé plus de 1 000 travailleurs sur leurs attentes par rapport à leur milieu de travail en 2014.

Force est d’admettre que ceux-ci font preuve d’optimisme en ce début d’année. À l’échelle du pays, quatre employés sur dix (43 %) croient que leur entreprise embauchera de nouveaux employés, alors que seulement deux répondants sur dix (21 %) craignent des réductions de personnel.

Les provinces de l’Atlantique se montrent les plus optimistes; 47 % des répondants s’attendent à ce que les effectifs croissent, alors que seulement 16 % prévoient des suppressions de postes.

Les travailleurs québécois sont quant à eux plus prudents dans leurs prévisions; seulement 39 % d’entre eux s’attendent à de nouvelles embauches.

Ces perceptions positives vont pourtant à l’encontre de certaines prévisions économiques, notamment celles de l’Organisation internationale du travail, qui estime que le Canada est l’un des pays où les travailleurs courent le plus de risques de perdre leur emploi en 2014.

Le télétravail en croissance

Ce sondage s’est également intéressé à la popularité croissante du télétravail au pays. Les résultats indiquent que 56 % des entreprises canadiennes offrent à leurs employés la possibilité de travailler de la maison, une hausse de plus de 10 points par rapport à 2013. Ce n’est toutefois que le tiers des employés qui profitent de cette opportunité.

En outre, plus des deux tiers des personnes interrogées estiment que le télétravail a une incidence positive sur le moral des employés (77 %), sur la productivité (70 %) et sur la qualité du travail (69 %). Les employeurs semblent toutefois voir les choses différemment; un précédent sondage réalisé par BMO révélait qu’une baisse du moral et de la productivité était évoquée comme raison pour ne pas offrir le télétravail.

Ce sont les provinces des Prairies qui présentent la plus faible proportion d’entreprises proposant le télétravail, avec 42 %.

Partager