Navigation des articles

equipe-jobboom

Les transports actifs et collectifs aident à garder la ligne

Femme à vélo

Pas le temps de faire vos 30 minutes d’exercice par jour pour garder la ligne? Marchez, prenez votre vélo ou empruntez le transport en commun pour aller au travail; ce sera tout de même mieux que rien!

Une étude britannique réalisée par des chercheurs de la London School of Hygiene & Tropical Medecine et du University College London montre que les personnes privilégiant les transports actifs (comme la marche ou le vélo) ou collectifs (le transport en commun) ont un indice de masse corporelle et un taux de gras corporel significativement plus faibles que les automobilistes.

Pour ce faire, les auteurs ont analysé des milliers de données provenant d’un vaste sondage représentatif de la population britannique.

Les hommes et les femmes visés par l’étude – utilisant en grande majorité l’automobile comme moyen de transport principal – présentaient en moyenne un indice de masse corporelle de 28 et de 27, respectivement. L’indice de masse corporel, qui se calcule à partir du poids et de la taille d’une personne, est un indicateur du degré d’obésité; un résultat situé entre 18,5 et 24,9 est considéré comme optimal.

Les chercheurs ont toutefois observé que les hommes utilisant les transports actifs ou collectifs présentaient en moyenne un indice de masse corporelle inférieur de 1 point à celui des automobilistes, soit l’équivalent de 3 kg (6,6 livres). Chez les femmes, on a mesuré un écart moyen de 0,7 point, soit l’équivalent de 2,5 kg (5,5 livres).

Des tendances similaires ont été observées en ce qui concerne le taux de gras corporel, même après avoir contrôlé des variables telles que l’âge, le salaire mensuel, le statut social et le régime alimentaire.

S’il va de soi que l’activité physique contribue à une bonne santé générale, les chercheurs ont été agréablement surpris de constater que l’utilisation des transports en commun avait des effets similaires à celles des transports actifs comme le vélo ou la marche.

À la lumière de ces résultats, les chercheurs estiment que la promotion des transports collectifs et actifs devrait s’inscrire dans les efforts visant à combattre l’obésité.

Partager