Navigation des articles

isabelle-bedard

Les quatre conséquences d’une mauvaise embauche

Employé paresseux et patron fâché

Image : cmgirl / Shutterstock

Si vous aviez la possibilité de recommencer votre processus de recrutement, réembaucheriez-vous la même personne? Si votre réponse est non, c’est que vous considérez avoir fait une erreur de recrutement.

Aucun gestionnaire n’est à l’abri d’une mauvaise embauche. L’empressement, le manque de rigueur dans la sélection des candidats, les entrevues non structurées et l’inexpérience sont des facteurs qui peuvent occasionner une mauvaise embauche. En comprenant un peu mieux les conséquences que cela entraîne, vous serez sans doute plus vigilant la prochaine fois.

1. Des conséquences pour l’organisation

Inévitablement, une mauvaise embauche entraîne des coûts supplémentaires à plusieurs niveaux. À lui seul, le processus de recrutement pour remplacer l’employé inadéquat peut occasionner une nouvelle dépense de plusieurs milliers de dollars. Une embauche ratée signifie aussi la perte des investissements engagés pour sa formation et la perte des heures investies par le compagnon ou le tuteur, et par le gestionnaire pour l’encadrement et les suivis.

L’impact sur les clients est aussi un enjeu important à considérer. Les clients, externes ou internes, aiment connaître la personne avec qui ils discutent et apprécient qu’une relation d’affaires soit stable. Si la communication et la relation de confiance sont difficiles à établir entre le client et l’employé inadéquat, il y a fort à parier que le client sera tenté d’aller voir ailleurs.

2. Des conséquences pour l’équipe

L’employé qui s’avère décevant à la suite de son embauche nuit à la vitesse de croisière de son équipe et restreint son potentiel de développement. Si l’employé n’est pas en mesure de bien faire le travail attendu, ou s’il n’a pas l’attitude requise pour le poste, les autres membres de l’équipe doivent compenser ses faiblesses, ce qui peut occasionner de la frustration, du découragement et aussi de l’épuisement chez certains. Il y a un risque de démobilisation de l’équipe.

3. Des conséquences pour le gestionnaire

Plusieurs personnes subissent les contrecoups d’une erreur de recrutement – les collègues, les usagers, les fournisseurs, les partenaires, les clients. Le gestionnaire subit donc la pression de corriger la situation et de minimiser les impacts sur la production ou la prestation de services. Sa crédibilité peut être entachée temporairement s’il tarde à réagir.

4. Des conséquences pour l’employé

L’employé inadéquat ne peut pas s’épanouir dans son environnement de travail s’il ne répond pas aux attentes et se sait vulnérable dans les circonstances. Une mauvaise embauche occasionne toujours un coût élevé pour l’employé lui-même, que ce soit pour sa progression de carrière, la perturbation émotionnelle qu’il subit ou l’impact financier lié à la perte éventuelle de son emploi.

Considérant les conséquences d’une mauvaise embauche, il importe de limiter les erreurs de recrutement. Prenez donc le temps de clarifier votre besoin, soyez rigoureux dans votre sélection des candidats et planifiez soigneusement vos entrevues. La sélection du personnel joue un rôle déterminant dans le développement de votre organisation. Ne vous contentez pas de peu!

Logo CIB Développement organisationnnel

isabelle-bedard
Isabelle Bédard

Isabelle Bédard, MBA, CRHA, Adm.A et C.M.C., est présidente-directrice générale de CIB Développement organisationnel. Depuis 1998, l’entreprise accompagne les gestionnaires et dirigeants dans la saine gestion de leurs équipes de travail en offrant un service de recrutement et conseils en gestion des ressources humaines. Trouvez-la sur Facebook

Voir ses derniers articles »

Partager