Navigation des articles

lisa-marie-noel

Les plus grands pourvoyeurs d’emplois au Québec

Le secteur du commerce de détail recherche activement des vendeurs et des gérants prêts à s’enrôler. Quand il est question de service à la clientèle, ce sont eux qui sont au front!

Avec leurs 630 000 employés, les commerces de détail sont les plus grands pourvoyeurs d’emplois au Québec. «Notre secteur est l’un des plus prometteurs en matière de création d’emploi pour les années à venir», mentionne Gaston Lafleur, président-directeur général du Conseil québécois du commerce de détail.

La concurrence entre magasins est cependant forte. «Le secteur ne pardonne pas aux commerces qui ne sont pas dynamiques», soutient Patricia Lapierre, directrice générale de Détail Québec. Les grandes bannières autant que les petites boutiques doivent satisfaire leurs clients désirant porter des vêtements à la dernière mode, se procurer le dernier gadget électronique ou le tout nouveau best-seller. Les employés des commerces doivent donc suivre la vague et être toujours à la fine pointe des nouveautés.

Variété de métiers

Le secteur emploie du personnel administratif qui œuvre en magasin ou aux sièges sociaux des compagnies : conseillers en ressources humaines, secrétaires, gestionnaires de systèmes informatiques, comptables. Les entreprises en commerce de détail recrutent aussi des designers et des étalagistes pour aménager les magasins et placer les produits en vitrine. C’est cependant le personnel de vente qui est le plus recherché, car il occupe 75 % des postes du secteur.

L’avenir commence sur le plancher

La main-d’œuvre va et vient dans les commerces. Du côté de la vente, 20 % des postes sont occupés par un étudiant ou une personne en recherche d’emploi dans un autre secteur. Et environ 70 % des employeurs peinent à trouver un directeur de magasin. Les candidats compétents, prêts à satisfaire les exigences de ce poste à responsabilités, se font rares.

Pourtant, les possibilités d’avancement sont réelles. «Un employé peut commencer comme vendeur et devenir président!» lance Gaston Lafleur.

Et comme les besoins sont grands, les candidats formés et doués ont l’embarras du choix.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *