Navigation des articles

equipe-jobboom

Les femmes ont un DEC, les hommes ont un DEP

finissants_universite

La proportion de femmes diplômées est plus élevée que celle des hommes dans pratiquement tous les niveaux de formation, sauf au DEP. Mais là encore, elles progressent.

L’Institut de la statistique du Québec a répertorié le plus haut niveau de scolarité obtenu par la population québécoise âgée de 25 à 64 ans. Alors que près de 37 % de la population détenait un diplôme postsecondaire en 1990, ce taux a atteint 67 % en 2012.

«Cette tendance découle d’un côté de la scolarisation massive de la population et, de l’autre, du mouvement de sortie annuel des cohortes plus âgées, relativement moins scolarisées, à l’extérieur du groupe de référence étudié à mesure qu’elles atteignent l’âge de 65 ans», explique le rapport.

Si la proportion de femmes possédant un diplôme d’études collégiales (DEC) était déjà plus forte que celle des hommes en 1990, l’écart a continué de se creuser depuis. En 2012, 22 % des femmes disaient avoir un DEC en poche, contre 18 % des hommes.

Au chapitre des diplômes universitaire, les femmes ont également surpassé les hommes au détour du millénaire. Près d’une femme sur trois détenait un certificat, un diplôme ou grade universitaire en 2012, contre un homme sur quatre, indique l’Institut.

Quant aux cycles supérieurs, la proportion de femmes possédant une maîtrise ou un doctorat a rejoint celles des hommes au cours des dernières années.

Bien que les hommes soient toujours majoritaires en formation professionnelle, la proportion de femmes ayant en poche un diplôme d’études professionnelles (DEP) a doublé entre 1990 et 2012, passant de 7 à 15 %. Chez les hommes, ce taux est passé de 12 % à 20 %.

Partager