Navigation des articles

marika-gauthier

Les comportements qui peuvent jouer contre le gestionnaire

Même si les gestionnaires occupent une fonction hiérarchique enviable, ils ne sont malheureusement pas à l’abri du congédiement.

L’incompétence et la négligence au travail

Un gestionnaire qui ne possède pas les connaissances suffisantes, qui n’a pas les habiletés requises pour effectuer son travail ou qui est improductif pourrait se faire congédier.

«L’embauche est une prédiction qui n’est pas sûre à 100 %. Donc, si on s’est trompé lors de notre sélection et que le candidat retenu n’atteint pas les résultats attendus par la direction, comme l’augmentation du chiffre d’affaires, il pourrait être congédié», explique Denis Morin, professeur en gestion des ressources humaines à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

Le respect oublié

Le savoir-être est une compétence clé en gestion. Un gestionnaire doit donc faire preuve d’ouverture envers ses collègues, savoir analyser les situations et gérer les conflits. «Il doit avoir une certaine intelligence émotionnelle et ne jamais manquer de respect envers les employés et clients», dit M. Morin.

Le manque de loyauté

Les gestionnaires sont les représentants de l’organisation pour laquelle ils travaillent.

«L’employeur est justifié de s’attendre à un dévouement et à une fidélité absolue de son personnel cadre, lui permettant d’avoir en lui une totale confiance. Lorsqu’il y a manquement à cette obligation de loyauté, l’employeur peut imposer une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au congédiement», conclut Denis Morin.

Partager