Navigation des articles

carole-boule

Le PAMT, un avantage pour tous

coiffure

Tout le monde gagne avec le Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) d’Emploi-Québec. L’employeur forme son personnel en fonction des besoins de son entreprise. Et l’employé apprend un métier tout en recevant un salaire. Qui dit mieux?

Donald Proulx, propriétaire du salon de coiffure du même nom à Montréal, ne pourrait se passer du Programme d’apprentissage en milieu de travail. Il y participe depuis plus de 20 ans, ce qui lui a permis de former de nombreuses coiffeuses pour assurer la relève dans son entreprise.

À son avis, cet outil de formation gagne à être connu des entreprises, surtout des petites, car il permet de former un personnel qualifié en plus de fidéliser les employés. «Le programme structuré assure une formation de qualité pour l’apprenti, dit Donald Proulx. Il permet aussi d’enrichir les tâches de mes employés expérimentés qui agissent comme compagnons. Plusieurs salons de coiffure n’auraient pas les moyens de mettre sur pied un tel programme d’apprentissage à l’interne», poursuit celui qui a été consulté lors de l’élaboration du PAMT en coiffure.

Autre avantage : les entreprises bénéficient de crédits d’impôt sur le salaire pour chaque employé qui participe au PAMT. Le taux de base du crédit provincial est de 30 % des dépenses admissibles engagées pour un apprenti, jusqu’à concurrence de 9 360 $, et de 10 % au fédéral, pour un crédit maximal de 2 000 $ par année pour chaque apprenti.

Valorisation des employés

La vingtaine de coiffeuses qui travaillent pour Donald Proulx ont toutes été formées grâce au Programme d’apprentissage en milieu de travail. «Quand je sens qu’une jeune assistante a du potentiel après un mois ou deux et qu’elle est sérieuse, je lui explique le programme et les avantages d’y participer», dit-il. En plus de recevoir un salaire en cours de formation, les participants qui apprennent un métier désigné Sceau rouge (une certification qui permet aux travailleurs spécialisés d’exercer leur métier partout au Canada) sont admissibles à une subvention fédérale pour payer certaines dépenses liées à leur formation. Cette aide peut atteindre jusqu’à 4 000 $. Une fois formés et dûment certifiés, les employés voient nécessairement leurs conditions de travail s’améliorer. Chez Donald Proulx, les assistantes deviennent coiffeuses et leur salaire augmente.

Actuellement, cinq assistantes sont en apprentissage au salon de coiffure. Sans le PAMT, le propriétaire n’aurait pas les moyens de financer seul la formation d’autant d’employées.

Dans ce dossier

Partager