Navigation des articles

annabelle-boyer

Le nez qui pique, c’est un menteur?

Femme avec le nez qui allonge

Photo : PathDoc / Shutterstock

«Il s’est gratté le nez durant la rencontre de négociation, ça veut dire qu’il ment!» Cette croyance est très répandue, mais qu’en est-il exactement? Qu’est-ce qui provoque ce type de démangeaison et comment l’interpréter?

Est-ce que vous vous grattez parce que ça vous démange? Bien sûr que oui! Mais les causes simplement physiques, comme une piqûre de moustique, sont moins nombreuses qu’on le croit. Plusieurs recherches ont démontré qu’il ne s’agit pas de tics non plus. Alors, pourquoi ça pique?

Pourquoi on se gratte?

Tout d’abord, sachez que le fait de se gratter permet de faire décroître l’activité électrique de certains neurones, ce qui diminue la décharge émotionnelle. En d’autres mots, la démangeaison entraîne une détente!

Lorsque vous êtes stressé, que vous ressentez le besoin de refermer votre bulle ou de vous protéger de quelqu’un, votre cerveau réagit. Il déclenche une dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne de petites démangeaisons localisées. À votre insu, votre corps envoie donc des signaux de votre état d’esprit, bien qu’aucune parole n’ait été prononcée.

Il arrive aussi que vous vous grattiez sans que ça pique, simplement par réflexe.

Pourquoi ça pique lors des négos?

Les démangeaisons sont très présentes dans un contexte de négociation. Pourquoi? Parce que le besoin de se gratter a tendance à se manifester lorsqu’il y a une contradiction entre ce qui est dit (ou fait) et ce qui est pensé; autrement dit, lorsque quelque chose n’est pas verbalisé.

Or, durant des négociations, les parties en présence jouent une partie d’échecs, abattent uniquement les cartes stratégiquement choisies et retiennent certains raisonnements dans l’espoir d’en tirer parti plus tard. Il y a donc beaucoup de non-dit, de retenue, d’omission et de pensées non avouées.

Pourquoi le nez?

Le visage est très innervé. Il réagit promptement à toute stimulation du cerveau. La moindre pulsion, émotion ou pensée, influence les contractions musculaires, l’afflux sanguin, les terminaisons nerveuses.

Le corps réagit en fonction de ses sens. Ce n’est pas pour rien que la langue française contient autant d’expressions qui y sont liées : «elle boit ses paroles»; «je n’aime pas ce que j’entends» ; «je ne peux pas le sentir celui-là» ; «je suis curieuse de voir ça».

Est-ce qu’il y a mensonge?

Une démangeaison du nez implique-t-elle un mensonge? La plupart du temps, ce n’est pas le cas. Il s’agit plutôt d’une émotion vive créée par le sujet abordé. L’individu n’est «pas capable de sentir» ce qu’on lui présente, ne comprend pas pourquoi il en est ainsi.

Il est vrai que les démangeaisons surviennent souvent lors de la formulation de certains mensonges, mais il existe bien des façons différentes de se gratter le pif, qui n’impliquent pas nécessairement la tromperie! Rappelez-vous qu’un item doit toujours être interprété dans un ensemble et non de façon isolée.

Sur le même sujet

annabelle-boyer
Annabelle Boyer

Annabelle Boyer, CRHA est spécialiste de la synergologie, la lecture du non verbal. Elle est auteure des livres Relations sous emprise et Je lis en vous… savez-vous lire en moi? chez Béliveau Éditeur. Elle dirige également ABC Solution, une firme spécialisée en développement organisationnel et en ressources humaines.

Voir ses derniers articles »

Partager