Navigation des articles

christine-lanthier

Le malentendu sur les introvertis, 2e partie

serieuse

Il y a un peu plus d’un an, j’ai fait une sorte de coming out dans cette chronique intitulée Le malentendu sur les introvertis, en parlant de mon introversion. C’est de loin mon texte le plus lu sur le site de Jobboom; j’en ai même tiré une conférence. Alors «à la demande générale», voici d’autres astuces à l’usage des introvertis, ces grands incompris.

Les introvertis accomplissent généralement leur travail consciencieusement, sans faire de vagues, mais il arrive que leur silence déroute leurs collègues ou leurs supérieurs. «Parfois, on se demande jusqu’à quel point ils sont bien dans leur emploi», m’a confié une directrice avec qui j’ai échangé à ce sujet.

Si on vous reproche d’être trop effacé, c’est possiblement que vous donnez l’impression d’être malheureux, pas à l’aise. C’est sans doute vrai si vous souffrez de timidité, qui est en fait une forme d’anxiété. Mais si vous êtes un introverti décomplexé, il y a de bonnes chances que vous restiez plutôt dans votre coin pour mieux observer ou parce que vous êtes absorbé par vos pensées.

Ne laissez pas votre mystère leurrer qui que ce soit sur votre dynamisme!

Certains introvertis subissent ces critiques comme une fatalité. D’autres s’en fichent et s’assument tels quels, renonçant ainsi à une certaine reconnaissance. D’autres encore gaspillent leur énergie à jouer les animateurs de foule qu’ils ne sont pas.

Mais il est aussi possible de nourrir son introversion tout en laissant une bonne impression, disent les récents ouvrages Introvert Power, de Laurie Helgoe (Sourcebooks), et Quiet Influence, de Jennifer B. Kahnweiler (Berrett-Koehler Publishers).

Voici quelques repères utiles à cet effet.

1. Tenez compte de la biologie. Les cerveaux des introvertis et des extravertis fonctionnent différemment. Par exemple, les extravertis réagissent davantage à la dopamine, le neurotransmetteur lié à la motivation et aux récompenses. C’est ce qui expliquerait pourquoi ils se démènent tant pour obtenir attention, pouvoir ou prestige, alors que les introvertis y voient moins d’intérêt. Inutile, donc, de vous taper sur la tête parce que vous êtes moins populaire que certains boute-en-train.

2. Misez sur vos forces. En général, les introvertis se démarquent par leur capacité à rester concentrés, à assimiler des masses d’information, à réfléchir avant d’agir ou encore à résoudre des problèmes. Mettez le doigt sur ce que vous accomplissez bien grâce à cette propension à entrer en vous-même.

3. Accordez-vous autant de solitude que nécessaire, sans culpabiliser. C’est elle qui vous permettra d’organiser votre pensée, d’aller au bout de vos réflexions et de mettre en marche votre créativité. Vous aurez naturellement envie d’aller vers les autres quand votre besoin de solitude sera rassasié.

4. Évitez de vous complaire dans la réflexion. Tôt ou tard, il est utile de confronter vos idées avec celles des autres pour les valider et voir des perspectives auxquelles vous n’auriez pas pensé. S’ennuyer et tourner en rond sont de bons indices que l’on a épuisé les avantages de la solitude.

5. Restez conscient de ce que vous projetez. Certains collègues prendront votre réserve pour de l’hostilité, du snobisme, de l’indifférence ou du rejet. Pour couper court à ces spéculations, pensez à les saluer, à vous enquérir ponctuellement de leurs activités. Écoutez-les avec authenticité et attention.

6. Acceptez les invitations, du moins celles qui vous semblent les plus pertinentes. Lors de rassemblements, faites l’effort d’engager quelques conversations, mais autorisez-vous à partir dès que la fatigue se fait sentir. Restez conscient que les rencontres sociales vous soutirent de l’énergie, contrairement aux extravertis qui en ressortent galvanisés.

7. Au travail, demandez des rencontres individuelles avec votre supérieur ou les personnes significatives de votre cercle professionnel. Vous pourrez alors vous y préparer mentalement, ce qui n’est pas le cas lors des rencontres fortuites, qui vous font figer. Tâchez alors de comprendre les objectifs de votre interlocuteur et de partager les vôtres, afin de travailler en synergie par la suite.

8. Utilisez les médias sociaux. Ce sont d’excellents moyens de se démarquer par des propos pertinents, à défaut d’avoir une personnalité flamboyante. Si vous avez du mal à formuler votre point de vue de vive voix, l’écriture vous laissera un délai de réflexion pour mettre vos idées en place. La trivialité de Facebook vous met mal à l’aise? Concentrez-vous sur LinkedIn ou Twitter, qui se prêtent davantage aux échanges d’ordre professionnel.

Bref, ne laissez pas votre mystère leurrer qui que ce soit sur votre dynamisme!

Dans ce dossier sur les introvertis

Le malentendu sur les introvertis

commentez@jobboom.com

Partager