Navigation des articles

lisa-marie-noel

Le Défi de l’entrepreneuriat jeunesse : une pépinière à entrepreneurs

S’il n’est pas nourri, le germe de l’entrepreneuriat meurt. Le Défi de l’entrepreneuriat jeunesse s’est donné pour mission de le faire éclore chez les jeunes du Québec.

L’entrepreneuriat est un moteur important de l’économie québécoise. Ce sont les nouveaux projets d’entreprises qui créent les nouveaux emplois, fait valoir Gino Reeves, responsable du Défi de l’entrepreneuriat jeunesse. «Au Québec, il y a encore beaucoup trop de villes où l’économie repose sur une seule grosse compagnie. On peut imaginer toutes les difficultés qui en découlent lorsque celle-ci ferme ses portes», dit-il.

C’est pourquoi il est si important de développer une culture entrepreneuriale. «Le Défi n’est pas là pour former des entrepreneurs, ni pour les financer. On les aide plutôt à développer des valeurs comme la solidarité, la créativité, l’autonomie et le leadership», souligne M. Reeves.

Se mettre dans le bain

Le Défi finance plusieurs organismes qui travaillent dans ce sens, comme l’Association des clubs d’entrepreneurs étudiants du Québec. «Ces clubs sont présents dans les cégeps et les universités. Ils organisent des conférences d’information avec des entrepreneurs», explique-t-il.

Le Réseau québécois des écoles entrepreneuriales et environnementales bénéficie aussi de financement dans la mise en place de projets fort motivants pour les élèves et les enseignants. «Une école du Saguenay–Lac-Saint-Jean invite les parents à recycler le papier, notamment les sacs d’épicerie. Les élèves réutilisent ce papier pour faire des cartes de souhaits artisanales qu’ils revendent ensuite», donne-t-il en exemple. Les jeunes effectuaient la comptabilité de leur entreprise pendant les cours de mathématiques et la rédaction des textes pendant les cours de français.

Impliquez-vous!

Soixante-quinze agents de sensibilisation à l’entrepreneuriat jeunesse œuvrent dans les Carrefours jeunesse-emploi du Québec. Ils sont là pour guider les jeunes intéressés par l’entrepreneuriat. Ils peuvent les aider, par exemple, à monter leur dossier de candidature pour le Concours québécois en entrepreneuriat. C’est gratuit, et toute l’information est disponible sur le site.

Partager