Navigation des articles

stephane-plante

Le chômage qu’ossa donne?

chomage

Encore récemment, la réforme de l’assurance-chômage faisait la manchette. Et ce n’est pas d’hier que les décisions gouvernementales concernant le chômage attisent les passions. L’essai Une histoire du chômage : De l’Antiquité à nos jours d’Yves Zoberman, comme son nom l’indique, trace les grandes lignes de l’histoire de cet incontournable phénomène économique et politique.

Si on ne l’observe que sous l’angle moderne, le chômage serait apparu officieusement au 18e siècle. Les anglais, en premier, proposent dès 1795 le speenham land, une loi assurant un revenu minimal requis aux pauvres des paroisses.

À la fin du premier millénaire de notre ère, certaines autorités cléricales voudront répandre l’idée que la pauvreté demeure une fatalité en ce bas monde. Vouloir y remédier par des réformes sociales serait aller à l’encontre de la volonté suprême. Au 14e siècle toutefois, on légifèrera pour contrer le vagabondage social. Les gouvernements, tant britannique que français, s’inquiètent du statut de ces «chômeurs non qualifiés» avant la lettre. Des emprisonnements visent les vagabonds sans occupation.

Des rois de France légifèrent pour imposer le travail forcé des «oisifs involontaires». Certains économistes du libéralisme naissant dénonceront ces pratiques car elles s’avèrent improductives pour l’ensemble de la société car elles contournent les lois du libre-marché.

Au XXe siècle, la crainte de voir s’instaurer le socialisme incitera les dirigeants occidentaux à doter leurs citoyens d’un filet social.

La conception moderne du chômage (indemnités, déplacement des travailleurs) reste étroitement liée, du point de vue historique, au développement de l’ère industrielle. Au 19e siècle, le développement des usines entraîne une série de réformes qui vise à améliorer le sort des travailleurs : limiter le temps de travail des enfants, réduire le nombre d’heures travaillées par semaine.

Paradoxalement, au 20e siècle, la crainte de voir s’instaurer le socialisme inspira les dirigeants occidentaux à prévaloir leurs citoyens d’un filet social. Ainsi, pour repousser le Grand Soir et empêcher les travailleurs de se laisser tenter par les idées révolutionnaires, Roosevelt, président américain au cours des années trente, propose son New Deal. Cette série de mesures permettait aux chômeurs de bénéficier d’un certain baume lors des durs lendemains de l’après-crise.

Zoberman tire des conclusions logiques à propos des retombées contemporaines des réformes antérieures : «Le remède n’est plus seulement de s’attaquer au chômage, mais de modifier les rapports sociaux dans le cadre d’une solidarité moderne(…). Il ne s’agit pas seulement de créer plus de travail, de richesses, mais de mieux les répartir entre les hommes tout au long de leur vie.»

 Une histoire du chômage : De l’Antiquité à nos jours

Une histoire du chômage :
De l’Antiquité à nos jours

par Yves Zoberman
Éditeur : Perrin

ISBN : 9782262032876

commentez@jobboom.com

Partager