Navigation des articles

anne-marie-tremblay

Le cadre intermédiaire : entre les employés et la direction

Pris entre l’arbre et l’écorce, les cadres intermédiaires? Ils sont plutôt les mieux placés pour conseiller à la fois la haute direction et les employés. Voici comment tirer profit de cette position.

Fini le règne du patron autoritaire. «Aujourd’hui, le gestionnaire de premier niveau doit consulter ses employés, plutôt que de donner des ordres. Il doit également transmettre à la haute direction des informations sur ce qui se passe sur le terrain», souligne Éric Picard, conseiller en ressources humaines agréé (CRHA) et président de FOCUS Services Conseils.

Voici des trucs pour bien jouer votre rôle.

Soyez bien informé

Le vice-président de l’entreprise vous demande d’améliorer le service à la clientèle? «Posez des questions précises pour bien comprendre la commande, conseille M. Picard. Faut-il répondre aux gens plus vite, donner une meilleure information, faire de meilleurs suivis?» Vous devez savoir exactement ce qu’il attend de vous. Le message sera ainsi plus facile à transmettre à votre équipe.

Mobilisez vos troupes

Il faut augmenter les ventes? Demandez à votre équipe quelle stratégie serait la plus appropriée pour y parvenir. Des employés consultés risquent d’adhérer plus facilement aux solutions quand elles ne leur sont pas imposées. «Plus on sollicite la participation des employés, plus nos chances de réussite sont élevées», ajoute M. Picard. C’est la meilleure façon de mobiliser son équipe vers des objectifs communs, croit aussi Alain Samson, conférencier et auteur du livre Comment devenir un meilleur boss.

Impossible toutefois d’accéder à toutes les demandes du personnel. Votre équipe doit donc apprendre à défendre ses idées. «Si quelqu’un vous propose l’achat d’un nouveau logiciel, par exemple, il faut lui demander pourquoi ce sera utile et ce que cela rapportera à l’entreprise», explique M. Picard.

Mettez votre pied à terre

Évitez aussi de jouer les bénis oui-oui en acceptant toutes les demandes de la haute direction, conseille Alain Samson. «N’allez pas croire qu’en avouant votre désaccord à propos de certaines attentes de la direction, vous serez perçu comme moins compétent. C’est plutôt le contraire.» Les grands patrons s’attendent à ce que vous leur transmettiez la réalité du terrain. Osez dire non, et proposez d’autres solutions.

Partager