Navigation des articles

equipe-jobboom

L’absentéisme au travail coûte 16 milliards $

Source : ARGENT – L’absentéisme a un coût très élevé pour l’économie canadienne. L’an dernier, l’absence au travail des employés s’est traduit par un manque à gagner de 16,6 milliards $ pour l’économie du pays, révèle une étude du Conference Board du Canada.

Selon les données de Statistique Canada, en 2011, le nombre moyen de jours d’absence au Canada a été de 9,3 jours par employé à temps plein.

Ce nombre a été plus élevé dans le secteur public (12,9 jours) que dans le secteur privé (8,2 jours). Il a été de 13,2 jours pour les employés syndiqués et de 7,5 jours pour les employés non syndiqués.

Par rapport à d’autres pays où des études semblables ont été menées, le taux d’absentéisme est beaucoup plus élevé au Canada. Au Royaume-Uni, il est de cinq jours tandis qu’aux États-Unis les employés s’absentent en moyenne sept jours par année.

Au Canada, le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale a enregistré les taux d’absentéisme les plus élevés, suivi du secteur de l’administration publique.

Les auteurs de l’étude notent que même si l’absentéisme représente un coût énorme pour la société, moins de la moitié des organisations canadiennes effectuent un suivi des absences de leurs employés.

De plus, cette réalité risque de prendre de l’ampleur au cours des prochaines années.

«L’absentéisme n’est pas simplement un problème de ressources humaines. À moins que les organisations commencent à gérer proactivement l’absentéisme, cette tendance va probablement s’accélérer avec le vieillissement de la population active», met en garde Nicole Stewart, auteure de Quand les employés manquent à l’appel : l’absentéisme dans les organisations canadiennes.

Les pertes économiques indiquées dans cette étude ne tiennent pas compte des coûts indirects que peuvent aussi subir les organisations, comme le coût de remplacement des employés absents, les dépenses administratives ou les répercussions négatives sur les autres employés ou sur les clients.

Partager

SUR LE MÊME SUJET