Navigation des articles

equipe-jobboom

La vie de famille est aussi une cause de burnout

Femme épuisée au travail

Photo : Stokkete/Shutterstock

Un partenaire de vie compréhensif serait aussi important qu’un patron bienveillant pour aider les travailleurs à combattre l’épuisement professionnel, selon une nouvelle étude.

Les travaux, réalisés par des chercheurs de l’Université Concordia et de l’Université de Montréal, montrent que la vie de famille des travailleurs a un impact tout aussi important que leur situation professionnelle sur leur santé mentale.

Les chercheurs ont évalué chez près de 2 000 participants divers facteurs comme le statut parental, le revenu du ménage, le réseau social et le degré d’estime de soi, en parallèle avec des sources de stress au travail, comme l’épuisement émotionnel, l’utilisation inadéquate des compétences et la précarité de l’emploi.

Ils ont constaté que la santé mentale au travail n’évoluait pas en vase clos, mais était aussi fortement influencée par la vie quotidienne.

Ainsi, les personnes vivant en couple avec de jeunes enfants, ayant un bon revenu, peu de conflits travail-famille et un accès facile à un réseau de soutien en dehors du travail, seraient moins sujettes aux problèmes de santé mentale.

Bien entendu, les facteurs liés au travail ont également un impact important sur les risques d’épuisement professionnel : les chercheurs ont recensé moins de problèmes de santé mentale chez les employés se sentant encouragés au travail ou profitant d’une bonne stabilité d’emploi, par exemple.

Toutefois, disent les chercheurs, ces résultats montrent que la lutte contre l’épuisement professionnel et les problèmes de santé mentale doit dépasser le strict cadre professionnel et adopter une vue d’ensemble des facteurs qui affectent les travailleurs.

L’étude a été publiée dans la revue Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology.

Partager