Navigation des articles

julie-leduc

La valeur des expériences bénévoles

« Je termine mon baccalauréat en marketing. Je n’ai pas beaucoup d’expériences de travail, par contre j’ai participé à de nombreux comités durant mes études. Quel est le poids de mes activités bénévoles dans mon curriculum vitæ? »

À titre de jeune diplômée, comme vous n’avez pas beaucoup d’expériences professionnelles à vendre, il se révèle pertinent de faire valoir vos engagements bénévoles dans votre CV. L’important, c’est de mettre en lumière des expériences connexes au domaine qui vous intéresse.

Dans votre cas, il serait bon de faire ressortir des activités en lien avec le marketing où vous avez, par exemple, fait la promotion d’un événement et où vous avez pu acquérir des compétences en communication, en vente ou en relations publiques. Même si vous n’avez pas été rémunérée pour ces activités, vous avez quand même développé des habiletés et c’est ce qui devrait accrocher l’employeur.

Concrètement dans votre CV, je vous suggère de miser d’abord sur votre formation, car elle est toute récente et donc à jour. S’il y a lieu, indiquez les cours où vous avez réalisé des projets connexes au domaine ou au poste que vous convoitez. Ensuite, présentez une rubrique «engagements sociaux» où vous détaillerez vos activités bénévoles pertinentes.

Ce que les recruteurs veulent voir dans le curriculum vitæ d’une jeune diplômée, c’est son désir de s’engager. Retenez qu’ils ne prennent que 20 à 30 secondes pour trouver une information intéressante dans un CV.

Un adulte expérimenté en recherche d’emploi peut aussi mettre en valeur ses engagements bénévoles, à condition que cela vienne bonifier son CV.

Par exemple, si on a toujours travaillé dans une usine de production et que l’on veut maintenant réorienter sa carrière dans un emploi auprès des enfants, il est très pertinent de mettre de l’avant dans son CV notre expérience d’entraîneur de balle molle pour les jeunes et de bénévole en arts plastiques à la bibliothèque scolaire. À partir du moment où nos activités sont directement liées au poste convoité, c’est bon de le mentionner.

Idéalement, on ne recule pas plus loin que 5 ans; un engagement qui date de 10 ans n’est pas pertinent pour un recruteur.

Partager

SUR LE MÊME SUJET