Navigation des articles

equipe-jobboom

La fin du facteur à domicile au Canada

facteur

Mauvaise nouvelle pour les facteurs à domicile : devant le déclin continu des envois de lettres, Postes Canada annonce la fin de la livraison du courrier à la porte des maisons.

Un tiers des ménages canadiens recevaient ainsi leur courrier à domicile. Ils devront bientôt se rendre à une boîte aux lettres communautaire, comme le font déjà le reste des Canadiens. La transition débutera dans certains quartiers urbains dans la deuxième moitié de 2014 et doit se terminer d’ici 5 ans.

En parallèle, Postes Canada entend augmenter le nombre de bureaux de poste intégrés à des commerces de détail. Les commis de ces comptoirs corporatifs ne sont pas employés par la société.

Avec cette révision de son modèle d’affaires, la société d’État espère retrancher entre 6000 et 8000 postes au cours des prochaines années. Des départs à la retraite ou volontaires ne seront pas remplacés notamment.

«Les coûts actuels de Postes Canada liés à la main-d’œuvre créent une structure beaucoup plus coûteuse que celle de ses concurrents, indique la société dans son annonce. Cette situation n’est tout simplement pas viable.»

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes qualifie l’annonce de «décision irréfléchie». «Alors que d’autres administrations postales utilisent l’innovation pour faire face aux changements, Postes Canada se rabat sur les compressions et les hausses de tarifs », a déclaré le président national, Denis Lemelin. Le syndicat milite pour que Postes Canada trouve de nouvelles sources de revenu et suggère de rétablir les services bancaires dans les bureaux de poste.

En septembre, la ministre des Transports du Canada, Lisa Raitt, avait indiqué au réseau anglais de Radio-Canada que Postes Canada devait réfléchir à l’abandon du courrier à domicile. «C’est une énorme réduction de coûts et c’est le genre de chose que nous voulons voir se réaliser», disait-elle.

Postes Canada vit des difficultés financières depuis plusieurs années. Elle a enregistré des pertes de 129 millions de dollars avant impôt pour le troisième trimestre de 2013.

La société d’État annonce aussi une hausse importante du prix des timbres. De 0,63$, ils passeront à 1,00$ l’unité, ou à 0,85$ par timbre pour l’achat d’un carnet, à partir de 31 mars 2014.

Partager