Navigation des articles

karine-martin

L’autoformation, une réalité nécessaire

Clavier d'ordinateur avec une touche bleu

Photo : Maksim Kabakou / Shutterstock

La formation de la main-d’oeuvre est un enjeu majeur dans une industrie en perpétuelle évolution comme celle des TIC. TECHNOCompétences met en lumière une méthode d’apprentissage sous-estimée, mais très efficace, qui profite tant aux employés qu’aux employeurs : l’autoformation.

Alors que la technologie évolue à une vitesse incroyable, les entreprises du secteur des TIC n’ont d’autre choix que d’encourager leurs employés à se former régulièrement, et ce par tous les moyens à leur disposition. Dans ce contexte, il ne faut pas négliger l’autoformation, un processus méconnu, mais ô combien efficace!

L’autoformation est un moyen d’apprentissage autonome pris en charge par l’employé, de sa propre initiative, dans le but d’approfondir des compétences reliées à ses intérêts professionnels. Cette notion existe depuis longtemps, mais grâce au e-learning et à la technologie, elle connaît un essor considérable dans l’industrie des TIC.

Une formule gagnante

Selon le dernier diagnostic sectoriel de TECHNOCompétences, l’autoformation est le troisième type de formation le plus populaire au sein des entreprises. Celle-ci obtient des résultats optimaux lorsque sa pratique est encouragée par l’employeur.

Cette méthode se démarque significativement des autres types de formation. Bien qu’il soit difficile de démontrer les apprentissages acquis en autoformation en raison de l’absence de preuve tangible (diplôme, certificat, etc.), il est possible de les mettre en application directement dans l’accomplissement de ses tâches habituelles.

Tant l’employeur que l’employé peuvent tirer profit des compétences acquises hors du cadre formel d’apprentissage. L’employeur bénéficie d’une meilleure productivité et d’une plus grande flexibilité de sa main-d’œuvre, alors que l’employé profite quant à lui d’une plus grande adaptabilité au changement et de possibilités d’avancement accrues.

Les travailleurs de l’industrie des TIC sont des gens curieux, passionnés, débrouillards et autodidactes; ils le démontrent souvent en trouvant eux-mêmes des réponses à leurs questions, s’adonnant ainsi à l’autoformation sans même en être conscients!

Il ne faut pas croire que s’autoformer signifie s’isoler de nos pairs pour apprendre seul. Au contraire, l’autoformation encourage le soutien, la stimulation et le partage des connaissances entre collègues, pour autant que cette méthode convienne à l’apprenant.

Les 7 caractéristiques de l’autoformation

  • Elle est basée sur la responsabilité de l’employé
  • Elle évolue grâce aux intérêts personnels de l’apprenant
  • L’employé doit pouvoir réfléchir sur lui
  • Elle pousse l’employé à prendre des initiatives quant à sa formation
  • Elle se pratique sous plusieurs formes
  • Elle développe le savoir-être et le savoir-faire
  • Elle peut évoluer au fur et à mesure de l’apprentissage

Et puis, est-ce que l’autoformation fera partie de vos résolutions en 2015?

Avec la collaboration de Geneviève Mignault, gestionnaire de projets – formation chez TECHNOCompétences.

Logo Technocompétences

karine-martin
Karine Martin

Karine Martin est chargé de projets en communication chez TECHNOCompétences, le comité sectoriel de main-d'œuvre des technologies de l'information et des communications (TIC). L'organisme soutient et promeut le développement de la main-d'oeuvre et de l'emploi en TIC, en concertation avec les partenaires du secteur.

Voir ses derniers articles »

Partager