Navigation des articles

emmanuelle-gril

Des jeux mobiles pour le changement social, avec Angelique Mannella

Angelique Mannella, fondatrice de Decode Global Photo : Josée Lecompte

Angelique Mannella, fondatrice de Decode Global
Photo : Josée Lecompte

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Angelique Mannella, PDG et fondatrice de Decode Global, aime bouger. Âgée de 35 ans, la jeune femme a déjà vécu dans six pays, dont Singapour, la Bolivie et la Finlande.

Cette diplômée en génie informatique de l’Université McGill possède aussi une maîtrise en sciences de la London School of Economics and Political Science, en plus d’une maîtrise en administration des affaires de l’Institut européen d’administration des affaires, en France. Entre deux diplômes, elle a notamment travaillé chez Cisco Systems et Nokia, en Finlande.

Mais qu’est-ce qui fait courir Angelique?

«J’aime les technologies, les autres cultures et étudier», explique-t-elle. Trois passions qu’elle a su conjuguer dans son parcours, et qui ont abouti à la création de Decode Global, en 2012.

Cette jeune pousse installée à Montréal compte aujourd’hui quatre employés et trois stagiaires et se spécialise dans le développement de jeux mobiles pour promouvoir le changement social. «Nous créons des jeux divertissants, mais qui soulèvent des problématiques sociales. Par exemple, le jeu Get Water! suit la jeune Maya qui tente de rapporter de l’eau potable à sa famille», précise-t-elle. Ce jeu est téléchargeable sur l’App Store d’Apple, pour l’iPad et l’iPhone.

«Notre but est d’attirer l’attention des jeunes sur des enjeux importants, comme l’accès à l’eau potable. En sachant que les trois quarts de la population mondiale possèdent un téléphone portable et que trois milliards d’heures sont consacrées chaque semaine à des jeux vidéo, il s’agit certainement d’une bonne façon de toucher les gens», poursuit Angelique Mannella.

Quel genre de patronne est-elle? D’abord, précisons qu’elle n’aime pas être qualifiée de «patronne», car elle se sent très proche de son équipe et considère qu’elle en fait partie intégrante.

«Ce n’est pas un environnement de travail traditionnel, car on crée des produits très nouveaux, ce qui demande beaucoup de créativité», souligne-t-elle. Le travail fait donc appel à toutes les énergies créatrices disponibles! Ce qui la distingue des autres employés? «Chaque membre a ses propres responsabilités à assumer. Pour ma part, j’ai celle de mener à bien le projet. Il faut du leadership, c’est certain, mais aussi être capable de résoudre des problèmes dans toutes sortes de situations.»

Autre qualité indispensable à tout patron : l’aptitude à prendre des initiatives et des risques, ceci dans le but de développer son entreprise. Ce qu’elle semble d’ailleurs faire avec succès, puisque d’autres jeux sont déjà sur les planches à dessin.

Partager