Navigation des articles

jessica-ramhormozian

Immigration : relancer sa carrière en transférant ses compétences

Immigration : relancer sa carrière en transférant ses compétences

Photo : Stocksnapper / Shutterstock

Un client m’a déjà dit : «Le Québec, c’est un cimetière de professions pour les immigrants!» Il est vrai que les étapes à franchir pour pratiquer certains métiers peuvent être nombreuses. Toutefois, en exploitant vos forces et en identifiant vos compétences transférables, vous pourriez relancer votre carrière dans votre domaine sans repartir à la case départ!

Pour que cette démarche soit un succès, vous devez tout d’abord apprendre à bien vous connaître. Faites le bilan de vos compétences : il s’agit d’analyser chacune des tâches que vous effectuiez dans votre métier. Quels sont les savoir-faire (techniques, logiciels, etc.) que vous maîtrisez? Quels sont les savoir-être (traits de personnalité) que vous possédez?

Trouver sa première expérience

Pour faciliter la recherche d’une première expérience de travail au Québec, il faut trouver dans quel type d’emploi vos compétences pourraient être transférables.

Par exemple, un enseignant peut devenir vendeur : ses compétences en communication, sa facilité à transmettre de l’information et sa façon de se présenter sont des qualités recherchées pour des postes impliquant un contact avec le public.

Un infirmier pourrait quant à lui devenir préposé à l’entretien ménager dans un hôpital ou dans une résidence pour personnes âgées. Ce type de poste requiert une facilité à travailler dans un environnement stressant, une facilité à lever des poids lourds, à travailler manuellement, etc.

La connaissance de vos forces et compétences transférables vous sera aussi très utile pour vendre votre candidature à l’employeur.

La reconnaissance des acquis et des compétences (RAC)

La reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) peut aussi vous aider à transférer vos aptitudes vers une nouvelle carrière.

Ce programme vise à reconnaître les compétences que vous avez acquises dans le cadre de vos expériences professionnelles, afin de vous permettre d’obtenir un diplôme sans réapprendre en classe ce que vous savez déjà. Ce service est offert dans la plupart des écoles de formation professionnelle et des cégeps.

À la fin du processus, vous pourriez obtenir un diplôme de formation professionnelle (DEP) ou collégiale (DEC) reconnu par le ministère de l’Éducation. Vous n’aurez peut-être pas le même titre que dans votre pays, mais vous travaillerez au moins dans le même domaine.

Pour savoir si ce service vous convient, informez-vous auprès de votre conseiller en emploi ou dans un centre de formation professionnelle.

Retour aux études

Si un retour aux études vous semble inévitable, vous pouvez toujours opter pour une formation courte menant à un métier connexe dans votre domaine. Par exemple, si vous aviez un emploi dans les télécommunications, vous pourriez poursuivre un DEC en techniques de l’informatique. Ainsi, vous ne repartirez pas de la case départ, car vos expériences passées vous serviront dans votre recherche d’emploi éventuelle.

Sachez qu’au Québec, il n’est pas mal vu de retourner aux études à l’âge adulte. C’est normal et sain de se questionner sur notre orientation professionnelle. Une rencontre avec un conseiller d’orientation pourra vous aider à voir plus clair dans votre choix d’une nouvelle carrière en lien avec votre personnalité et vos forces.

jessica-ramhormozian
Jessica Ramhormozian

Jessica Ramhormozian est conseillère en emploi chez PME-MTL Centre-Ouest. Elle encourage le réseautage et autres méthodes hors du commun afin de permettre aux candidats de se distinguer sur le marché du travail compétitif à Montréal. Dynamique, elle aime raconter des histoires, rire et boire du thé.

Voir ses derniers articles »

Partager