Navigation des articles

equipe-jobboom

Profession : technologue en radio-oncologie

Infirmier dans son pays d’origine, l’Algérie, Tahar Maarouf se tourne vers la formation en technologie de radio-oncologie lorsqu’il arrive au Québec.

Pour en savoir plus sur cette formation : Carrières d’avenir : Technologie de radio-oncologie

Rôle et tâches

«J’ai choisi cette spécialité parce que j’avais déjà de bonnes connaissances dans le domaine de la santé», explique-t-il.

Au travail, le technologue commence généralement par planifier l’horaire de la journée. Il prépare ensuite la salle de traitement, il accueille les patients et leur explique ce qu’il va faire. «Je peux recevoir une trentaine de patients par jour, aussi bien des jeunes enfants, des adultes que des personnes âgées», explique Tahar Maarouf.

Le traitement peut alors commencer. Le technicien effectue d’abord le calcul des doses appropriées de radiations conformément au plan de thérapie prévu par le médecin traitant. Ensuite, il administre la dose de radiations nécessaire pour détruire les cellules cancéreuses. Il effectue un suivi rigoureux auprès de chaque patient durant et après le traitement : il surveille leurs réactions physiques et psychologiques et rédige des notes d’observation dans les dossiers médicaux.

C’est également à lui qu’incombe la responsabilité de tester quotidiennement les appareils de traitement pour s’assurer qu’ils fonctionnent bien.

Qualités recherchées

Le technologue en radio-oncologie côtoie chaque jour des personnes qui luttent pour leur vie. «Les patients sont vulnérables et il faut qu’ils aient confiance en leur technologue, soutient Tahar Maarouf. Notre attitude envers eux est aussi importante que le traitement lui-même, il faut savoir se montrer rassurant.» L’aptitude à communiquer est essentielle, de même que la capacité à faire preuve d’empathie, tout en étant capable de garder ses distances face aux malades. «Il ne faut pas être trop émotif ni se montrer trop froid. On doit trouver le juste milieu en se concentrant sur les soins à prodiguer.»

«Ce métier concilie le côté humain et le côté technique, souligne le technologue. J’aime aussi le contact quotidien avec les patients. Quand on les traite pendant plusieurs semaines, on développe une relation avec eux. Je trouve ça très gratifiant de pouvoir leur donner un peu d’espoir. Quand l’un d’entre eux me dit “Merci”, cela ensoleille ma journée», relate-t-il.

L’esprit curieux et la volonté de garder ses connaissances à jour font également partie des qualités du technologue, car c’est un domaine où les technologies évoluent constamment. L’arrivée de l’imagerie médicale et de nouveaux appareils demande une bonne capacité d’adaptation.

Défis et perspectives

«Les technologues en radio-oncologie travaillent avec les radiations sans être en contact avec elles puisqu’ils commandent les appareils de l’extérieur des salles de traitement, explique Mathieu Bergeron, enseignant au Cégep de Sainte-Foy. Néanmoins, par mesure préventive, nous portons tous un dosimètre qui mesure la quantité de radiations qui pourraient être reçues accidentellement.»

Le technologue en radio-oncologie évolue au sein d’une équipe médicale multidisciplinaire où l’esprit d’équipe et la communication sont primordiaux pour assurer des soins de qualité aux patients.

Son diplôme en poche, le technologue peut suivre différentes spécialisations : la planification des traitements, la curiethérapie (insertion de minuscules sources radioactives sur le site de tumeurs), la fabrication d’accessoires (fabrication de moulages personnalisés pour qu’une partie du corps garde la même position à chacun des traitements ou fabrication d’accessoires pour protéger les parties saines de la radiation). 04/07

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Horaires et milieux de travail

  • Les technologues œuvrent dans les départements de radio-oncologie des centres hospitaliers généraux ou spécialisés.
  • Les technologues travaillent essentiellement le jour, généralement de 8 h à 16 h, du lundi au vendredi. Les quarts de soir, de nuit ou de fin de semaine sont rares, voire inexistants.

Champs d’intérêt

  • aime se sentir utile et responsable
  • aime chercher et détecter la source d’un problème
  • aime observer et analyser des données et des images
  • aime écouter, parler, expliquer et réconforter les personnes
  • aime calculer et utiliser des appareils sophistiqués

Aptitudes

  • précision, minutie et dextérité
  • sens des responsabilités très développé
  • habileté à communiquer
  • habileté pour les sciences (chimie, physique, anatomie)
  • excellent sens de l’observation et de l’analyse
Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager