Navigation des articles

equipe-jobboom

Formation gagnante : Technologie de la géomatique (spécialisation en cartographie)

François Poulin était intéressé par l’informatique et les mathématiques, mais ne souhaitait pas aller à l’université. Il cherchait en fait une formation axée sur la technologie qui ferait appel à sa créativité. Le programme Technologie de la géomatique (Cartographie) a répondu à ses attentes.

Découvrez l’édition 2014 du guide
Les carrières d’avenir.

Rôle et tâches

Ce programme permet aux élèves de maîtriser des notions et des techniques comme la cartographie, la géométrie, la géographie, la statistique, l’arpentage, l’interprétation de photographies aériennes et d’images satellites et le dessin par ordinateur.

Au service de JLC Repro Graphique, une entreprise qui réalise entre autres des cartes géographiques pour les gouvernements, François ne cesse d’apprendre et de mettre en pratique les acquis de sa formation. «J’utilise des images satellites pour voir les routes, les cours d’eau, les bâtiments, et je détermine ensuite dans quelle catégorie les classer.» La classification qu’il établit lui permet de distinguer, par exemple, les routes principales des routes secondaires qu’il dessinera sur la carte, à l’ordinateur.

François est aussi appelé à concevoir ce qu’on appelle des cartes thématiques, c’est-à-dire qui présentent une région ou un site en fonction d’un but précis, comme un événement ou une activité touristique. L’une de ses plus belles réussites est le dépliant contenant les cartes de localisation pour le Sommet du G8, tenu à Kananaskis en 2002. Au cours de ce travail, il a pu choisir les couleurs, concevoir la mise en pages, rédiger les textes, dessiner les cartes, préparer les légendes, etc.

Bien qu’il ait fait des stages dans la fonction publique et au sein de grandes entreprises de cartographie, François est heureux de travailler pour cette firme dynamique et prometteuse, qui lui offre davantage de responsabilités et un travail varié. «On me fait confiance et on s’attarde aux résultats plutôt qu’aux erreurs. On m’a même confié le projet de construction du site Internet de JLC Repro Graphique, afin qu’on puisse vendre les cartes en ligne.»

Qualités recherchées

Selon François, le dessin de cartes est un travail de précision, assez répétitif, qui demande beaucoup de patience et un grand souci du détail. «Il faut aussi être autonome et faire preuve de jugement pour prendre les bonnes décisions de classement. Du côté technique, on doit avoir de la facilité à comprendre les concepts de géographie, de mathématiques et d’informatique puisqu’il faut calculer les échelles et faire des statistiques. S’intéresser à la géographie, au terrain et au relief naturel est aussi très important pour apprécier ses études ou son emploi.»

Le technologue en géomatique doit également posséder une bonne vision pour être capable de distinguer les effets de profondeur, de percevoir les couleurs et de bien se représenter l’espace en trois dimensions. Les capacités artistiques sont devenues secondaires en raison de l’informatisation des tâches, mais elles demeurent un atout pour le travail de conception de cartes thématiques.

Défis et perspectives

Selon Martin Majeau, professeur et coordonnateur du Département de géomatique au Cégep de l’Outaouais, le marché de la géomatique devrait croître au cours des prochaines années. «Les entreprises ont besoin de technologues pour assister les ingénieurs civils, les arpenteurs géomètres, les urbanistes et les géographes, soutient-il. Avec la vague de prises de retraite dans la fonction publique, des possibilités d’emploi vont s’ouvrir aux jeunes à tous les paliers de gouvernement», poursuit M. Majeau.

Les diplômés sont également appelés à travailler à l’étranger puisque plusieurs entreprises québécoises exportent leur savoir-faire en géomatique. Soulignons enfin que la mise à jour technologique est constante dans ce domaine. À surveiller : l’évolution du système de positionnement par satellite, communément appelé GPS (pour Global Positioning System), qui permet de recueillir des données géographiques plus facilement et à moindre coût. 02/03

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Horaires et milieux de travail

  • Les diplômés peuvent trouver du travail dans la fonction publique, au sein des services d’urbanisme, d’aménagement du territoire, de géographie, de conservation des bâtiments, de communication ou encore d’environnement.
  • Ils peuvent aussi se faire embaucher par des entreprises spécialisées en cartographie, en arpentage, en urbanisme, en environnement ou en génie-conseil.
  • Les entreprises de services publics (comme l’électricité et le téléphone), les exploitations minières et forestières de même que les entreprises touristiques sont d’autres employeurs potentiels.
  • Les entreprises qui ont pignon sur rue ont les mêmes horaires de travail que les commerces, ce qui inclut certains soirs et les week-ends. Pour respecter les échéanciers, des heures supplémentaires peuvent parfois être exigées. Dans la fonction publique, cependant, les horaires sont plus réguliers.
  • Le technologue en géomatique travaille généralement seul, mais il arrive qu’on l’intègre dans une équipe multidisciplinaire.

Champs d’intérêt

  • s’intéresse aux cartes et à la géographie
  • aime le travail de précision
  • aime les mathématiques, la physique et l’informatique
  • aime lire, écrire et communiquer

Aptitudes

  • bonne perception spatiale
  • aisance en mathématiques
  • souci du travail bien fait
  • capacité d’adaptation, débrouillardise et polyvalence

Statistiques

Nombre de diplômés 13
Diplômés en emploi 100,0 %
À temps plein 90,0 %
En rapport avec la formation 100,0 %
Aux études 0,0 %
Taux de chômage 0,0 %
Salaire hebdomadaire moyen 669 $

Source : La Relance au collégial en formation technique, MELS, 2011.

Comment interpréter l’information

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez l’Inforoute de la formation professionnelle et technique.

Partager