Navigation des articles

equipe-jobboom

Profession : inhalothérapeute

Spécialistes du système cardiorespiratoire, les inhalothérapeutes travaillent souvent dans des situations d’urgence. La profession idéale pour Marie-Soleil Carroll, une personne dynamique qui aime les poussées d’adrénaline!

Pour en savoir plus sur cette formation : Carrières d’avenir : Techniques d’inhalothérapie

Rôle et tâches

Marie-Soleil Carroll œuvre au département de soins intensifs et à l’urgence du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke. Toujours sur la touche, elle doit réagir promptement si un patient fait un arrêt cardiorespiratoire.

«Dès qu’un cas de traumatisme arrive à l’urgence [une personne ayant subi un accident de voiture, par exemple], je suis immédiatement appelée, explique-t-elle. Je prépare le matériel d’intubation.» Pendant que le médecin insère le tube dans la trachée du patient pour lui permettre de respirer artificiellement, elle vérifie ses signes vitaux et son taux d’oxygène dans le sang.

Aux soins intensifs, elle rencontre les patients intubés qui sont ventilés, c’est-à-dire qui respirent mécaniquement à l’aide d’un respirateur. «Je m’assure qu’ils reçoivent le bon volume d’air selon leur capacité pulmonaire, dit l’inhalothérapeute. Il faut qu’ils respirent normalement comme s’ils n’étaient pas intubés.» Elle ajuste au besoin les paramètres du respirateur (la fréquence respiratoire et le volume d’air enrichi d’oxygène).

Marie-Soleil Carroll effectue également des examens des fonctions respiratoires. Elle rencontre les patients qui ont des rendez-vous à l’hôpital. «Je fais des tests sur des personnes susceptibles d’avoir des maladies pulmonaires, comme de l’asthme.» Elle les fait souffler dans un appareil qui mesure leur capacité à inspirer et expirer. Les résultats permettent au médecin de poser le diagnostic. Outre aux soins intensifs et à l’urgence, les inhalothérapeutes travaillent aussi au bloc opératoire, dans les laboratoires de sommeil et au département de cardiologie.

Qualités recherchées

La dextérité et la minutie sont les premières qualités recherchées chez les diplômés. «Il faut être très précis quand on travaille, par exemple, en néopédiatrie avec des bébés prématurés minuscules, pesant 800 ou 900 grammes, explique Lyne Arsenault, enseignante au Département de techniques d’inhalothérapie au Cégep de Sainte-Foy. Les inhalothérapeutes doivent être très habiles lorsqu’ils leur insèrent un tube dans le nez.»

L’autonomie est également de rigueur. «Au bloc opératoire ou dans les unités de soins intensifs, on travaille seul, dit Mme Arsenault. Il faut donc être organisé et avoir une grande confiance en soi parce que l’on doit souvent prendre des décisions rapidement.»

L’aptitude à s’intégrer à une équipe multidisciplinaire est toutefois nécessaire pour l’inhalothérapeute qui travaille en centre hospitalier. «Même si on est souvent seul avec le patient, on travaille en étroite collaboration avec divers professionnels de la santé, comme les infirmières, les médecins, les pharmaciens», souligne Lyne Arsenault.

La souplesse fait également partie des qualités à posséder. «Dans un hôpital, il y a tout le temps des imprévus», soutient l’enseignante.

Défis et perspectives

Les diplômés doivent avoir la volonté d’apprendre tout au long de leur carrière. «Quand ce n’est pas une nouvelle maladie qui est découverte, c’est une nouvelle technologie ou un nouvel équipement qui est introduit», explique Lyne Arsenault. L’Ordre des inhalothérapeutes du Québec exige d’ailleurs de ses membres qu’ils suivent 30 heures de formation tous les deux ans afin qu’ils se tiennent au courant des changements.

Les diplômés qui souhaitent se perfectionner davantage peuvent entreprendre un certificat en inhalothérapie, offert par l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Ce diplôme ne donne pas accès à des postes supérieurs, mais à une meilleure rémunération.

Accumuler des années d’expérience permet toutefois aux diplômés de gravir les échelons et de devenir coordonnateurs techniques, chefs ou assistants chefs inhalothérapeutes et chargés d’enseignement clinique. 04/07

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Horaires et milieux de travail

  • Les inhalothérapeutes œuvrent dans les centres hospitaliers, les CLSC, les cliniques d’esthétique privées et les entreprises privées de soins à domicile.
  • Dans les centres hospitaliers, les diplômés travaillent généralement quatre jours par semaine. Ils peuvent avoir un horaire de jour, de soir et de nuit. Dans les entreprises privées, les horaires sont plus réguliers.
  • Quand ils sont de garde, les inhalothérapeutes peuvent être appelés en tout temps et doivent se rendre sur leur lieu de travail en moins de 30 minutes.

Champs d’intérêt

  • aime la médecine et le travail en milieu hospitalier
  • aime se sentir utile et responsable du bien-être des personnes
  • aime manipuler des appareils de précision
  • aime observer, évaluer et prendre des décisions
  • aime assister et coopérer

Aptitudes

  • habileté pour les sciences de la santé
  • résistance physique et émotionnelle
  • facilité à établir des contacts humains et à rassurer les gens
  • initiative, jugement et bons réflexes
  • aisance avec les appareils de technologie de pointe
Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager