Navigation des articles

equipe-jobboom

Formation gagnante : soins préhospitaliers d’urgence

Le technicien ambulancier carbure à l’adrénaline. Loin de se limiter à transporter les blessés, il sauve aussi des vies. Il intervient immédiatement sur les lieux d’une chute, d’un malaise, d’un accident, d’un incendie ou même d’une fusillade, bref, dans toutes les situations d’urgence médicales et traumatiques.

Découvrez l’édition 2014 du guide
Les carrières d’avenir.

Rôle et tâches

Lorsque son quart de travail commence, le technicien ambulancier se rend au point de service où il prendra possession de son véhicule. Il procédera à une inspection mécanique sommaire et vérifiera son matériel d’intervention.

Travaillant en équipe de deux, les paramédicaux sont ensuite affectés à différents points d’attente de la zone géographique qu’ils desservent. Ces points sont déterminés par leur employeur de façon stratégique, selon l’heure de la journée, afin de permettre des interventions auprès du plus grand nombre de citoyens. Quand ils reçoivent un appel, ils portent immédiatement secours à la personne en détresse. Leur rôle est de stabiliser l’état du patient. Par exemple, dans le cas d’une hémorragie, il s’agit de contrôler le saignement afin que celui-ci ne s’aggrave pas. Pour un arrêt cardiorespiratoire, un défibrillateur sera utilisé afin de stimuler le cœur et lui permettre de reprendre un rythme normal.

Défis et perspectives

«On ne connaît jamais réellement la gravité d’un cas avant d’arriver sur les lieux», prévient Jean-Jacques Lapointe, enseignant au Collège Ahuntsic. Il faut donc être en état d’alerte constant, prêt à agir promptement. Il faut être autonome, débrouillard, savoir bien communiquer, avoir un bon sens de l’initiative et du jugement. La gestion du stress est également essentielle.

Au Québec, le champ d’action des diplômés est limité en comparaison du reste du Canada. Néanmoins, leurs responsabilités pourraient être appelées à augmenter et on espère un jour voir la création d’un ordre professionnel. 03/07

Horaires et milieux de travail

  • Les techniciens peuvent œuvrer pour Urgences-Santé, qui dessert les régions de Montréal et de Laval. Ailleurs au Québec, ils travaillent pour des coopératives ambulancières ou des entreprises privées de services d’urgence.
  • Les paramédicaux travaillent selon des quarts de travail : jour, soir, nuit, comme dans les autres services publics (police, pompiers, hôpitaux).

Statistiques

Nombre de diplômés 118
Diplômés en emploi 89,6 %
À temps plein 65,1 %
En rapport avec la formation 87,5 %
Aux études 8,3 %
Taux de chômage 2,3 %
Salaire hebdomadaire moyen 796 $

Source : La Relance au collégial en formation technique, MELS, 2011.
Comment interpréter l’information

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez l’Inforoute de la formation professionnelle et technique.

Partager