Navigation des articles

equipe-jobboom

Métier : mécanicien automobile

Yann Wafer est un passionné de violon. Au point qu’il a enseigné la musique pendant quelques années, après avoir terminé un baccalauréat en interprétation musicale. Puis, il a réalisé que ce travail ne répondait pas à ses attentes. Il s’est donc inscrit au diplôme d’études professionnelles (DEP) en mécanique automobile. «J’ai toujours aimé travailler de mes mains et résoudre des problèmes complexes», dit-il. À ce chapitre, ses désirs sont comblés!

Rôle et tâches

Yann a travaillé comme mécanicien automobile dans divers garages durant cinq ans. Depuis peu, il est toutefois retourné à l’enseignement au Centre de formation professionnelle Wilbrod-Bherer de Québec, là même où il a obtenu son DEP.

«Ce métier est très diversifié, les tâches variant d’une journée à l’autre. On peut ainsi devoir réparer des freins, trouver l’origine d’un bruit suspect dans le moteur, colmater une fuite sur un climatiseur, remplacer un amortisseur endommagé, etc.», explique-t-il.

Le travail doit souvent s’effectuer sous pression, parce que le temps est limité. De plus, il n’est pas toujours facile de se concentrer dans un milieu bruyant. Malgré tout, il faudra retourner au client un véhicule sans aucune égratignure ni problèmes mécaniques oubliés.

Un mécanicien automobile trouve du travail chez les concessionnaires automobiles, les garagistes indépendants ou même les compagnies qui possèdent une flotte de véhicules. Le mécanicien peut aussi être embauché comme vendeur de pièces automobiles, comme estimateur pour une compagnie d’assurance ou à titre d’enseignant dans une commission scolaire.

Qualités recherchées

Le métier demande un bon sens de l’observation, un jugement sûr et l’esprit d’analyse. Il faut aussi posséder une excellente dextérité manuelle. «Une bonne condition physique est également nécessaire, parce que certains travaux sont assez exigeants. Pensez seulement à la période des changements de pneus en automne et au printemps!» ajoute Yann&nbspWafer.

La courtoisie, la patience et le tact sont aussi indispensables, car on doit expliquer au client quelle est la nature des problèmes mécaniques décelés, et les réparations qui doivent être effectuées.

Les véhicules contiennent de plus en plus de pièces électriques et électroniques, et des logiciels spécialisés permettent désormais de diagnostiquer les pannes. Des connaissances en informatique sont donc nécessaires, en plus de la maîtrise des outils traditionnels du mécanicien!

Défis et perspectives

Selon André&nbspRoyer, enseignant et chef de service au Centre de formation professionnelle Wilbrod-Bherer, les technologies évoluent rapidement en mécanique automobile. «Chaque année, de nouveaux modèles de véhicules et de nouveaux carburants arrivent sur le marché, avec de nouveaux problèmes! La mécanique se complexifie et les outils de diagnostic se raffinent, par exemple avec les ordinateurs portables qui permettent de questionner le système électronique du véhicule grâce à des logiciels spécialisés», explique-t-il.

«Le domaine change très rapidement et il est impératif de tenir ses connaissances à jour. Pour cela, on doit être prêt à suivre régulièrement de la formation et retourner de temps à autre sur les bancs de l’école», poursuit André&nbspRoyer. Par exemple, la multiplication des moteurs hybrides (électricité et essence) réclame la maîtrise d’appareils de diagnostic spécifiques, dont il faut apprendre à se servir. Les mécaniciens doivent constamment s’adapter à ces changements et faire preuve d’une bonne capacité d’apprentissage.

L’expérience aidant, le mécanicien peut accéder à un poste de gérant ou de contremaître chez un concessionnaire, ou encore lancer sa propre entreprise. 05/09

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Horaires et milieux de travail

  • Un mécanicien travaille généralement du lundi au vendredi, de jour, parfois de soir, occasionnellement le samedi.
  • Dans les régions où il existe un comité paritaire de l’automobile (dans et autour des centres urbains, par exemple), le mécanicien doit détenir une carte de qualification qui déterminera son échelle salariale, définie selon ses années d’expérience. Ailleurs, les salaires sont fixés selon l’offre et la demande.
  • Chez les concessionnaires, l’horaire de travail peut être de 36 heures, échelonnées sur 4&nbspjours.
  • L’environnement de travail est parfois difficile&nbsp: très chaud l’été, froid et humide l’hiver. Un garage est aussi bruyant et salissant. On peut avoir à travailler dans des positions inconfortables (sous un véhicule, par exemple).

Champs d’intérêt

  • aime faire un travail manuel sur des véhicules automobiles
  • aime bricoler, observer, démonter et comprendre le fonctionnement des mécanismes et des systèmes
  • aime analyser et résoudre des problèmes pratiques
  • aime se sentir autonome et responsable

Aptitudes

  • sens de l’observation et facilité d’apprentissage intellectuel et technique
    curiosité, mémoire, discernement et ingéniosité
  • dextérité, concentration, acuité visuelle et auditive
  • initiative et sens des responsabilités
  • atouts : facilité et clarté d’expression verbale; politesse
Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager