Navigation des articles

equipe-jobboom

Profession : ingénieur civil

Depuis un an, Michel Baril a un patron très exigeant : lui-même! Après avoir quitté l’Université de Sherbrooke avec un baccalauréat et une maîtrise en poche, cet ingénieur civil spécialisé en conception de structures a travaillé pour plusieurs firmes de génie-conseil. Il est aujourd’hui travailleur autonome.

Pour en savoir plus sur cette formation : Carrières d’avenir : Génie civil/Génie de la construction

Rôle et tâches

L’ingénieur civil est associé à la construction des édifices, des usines, des voies de circulation, des barrages, des tours et des lignes de transmission, des plates-formes pétrolières, des aéroports, des réseaux d’aqueducs ainsi qu’à la maintenance et à la réhabilitation des infrastructures existantes.

L’ingénieur civil étudie et analyse des rapports techniques. Il donne son avis sur des travaux et des installations destinés au public, à l’industrie ou au commerce. Il fait une description minutieuse des pièces, des matériaux et des opérations nécessaires à la réalisation d’une construction, dont il estime aussi les coûts et surveille ensuite l’exécution.

Avec ses spécialisations en structures, en hydraulique, en géotechnique, en matériaux et en transport, le génie civil est probablement la plus vaste des spécialisations du génie. Ingénieur spécialisé en génie des structures, Michel Baril est engagé dans des projets variés. Par exemple, la réfection d’une cheminée ou l’agrandissement d’un garage. «Mon travail, c’est de calculer. Je fais des plans montrant la structure d’un bâtiment et j’y indique les spécifications et les normes à suivre. Sur le plan d’un centre commercial, par exemple, je détermine la dimension des éléments qui composeront la structure d’acier. Je calcule les dimensions des colonnes et des poutres en fonction des charges sur ce bâtiment.»

En plus de faire la conception de structures d’acier, de béton et de charpentes de bois, il peut aussi examiner des structures déjà en place. «Dans le cas d’une usine construite en 1918 et modifiée au fil des ans, je prends les dimensions de toutes les membrures de la structure pour ensuite calculer si elles sont assez résistantes pour supporter les charges qui leur sont imposées.»

Qualités recherchées

«L’ingénieur civil est un ingénieur qui travaille pour le public. Ceux qui choisissent le génie civil veulent travailler pour les autres, et avec les autres», explique Dominique Lefebvre, directeur du programme de génie civil à l’Université de Sherbrooke. Selon lui, vouloir rendre service à la population ne suffit pas : il faut de plus être bon communicateur. «L’ingénieur civil doit être en mesure de défendre ses dossiers devant des conseils d’administration, des conseils municipaux, des politiciens et devant le public en général. Parce qu’il y a beaucoup d’argent en jeu, il doit savoir vendre ses projets aux gens qui ne sont pas dans le métier.»

«Il faut être un peu enquêteur pour bien saisir les besoins du client. L’ingénieur doit pouvoir dialoguer en plus de s’adapter à la personnalité de chacun, complète Michel. L’ingénieur civil aime aussi apprendre, puisqu’il doit être à l’affût des nouvelles technologies et des changements dans les normes qui régissent la construction. Et il faut, bien sûr, pouvoir travailler en collaboration avec d’autres professionnels, par exemple des architectes et des dessinateurs.»

Défis et perspectives

Après avoir traversé une période plus difficile au cours de la décennie 1990, le génie civil se porte très bien depuis quelques années déjà. La multiplication des chantiers de construction et des grands travaux (la réfection de ponts et de routes notamment grâce aux nombreux investissements gouvernementaux) explique en bonne partie les importants besoins actuels. «Tous nos diplômés sont placés et nous manquons même de candidats pour répondre aux offres que nous recevons», affirme Vicky Bellehumeur, conseillère en emploi dans le secteur sciences et génie à l’Université Laval.

Maryse Deschênes, directrice du Service de placement de l’École Polytechnique, rappelle cependant que le génie civil est un secteur très cyclique. «Il faut se montrer prudent, car le temps que nous formions les futurs diplômés, il est possible que la demande ne soit plus du tout la même et que les gens aient de la difficulté à se placer», précise-t-elle. 09/98 (mise à jour 06/05)

Il faut être membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec pour porter le titre d’ingénieur.

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Horaires et milieux de travail

  • Quand il travaille pour une municipalité, un ministère, une société d’État ou de services publics, une firme de génie-conseil, une entreprise de construction ou de fabrication, il fait des heures régulières de bureau auxquelles s’ajoutent parfois des heures supplémentaires.
  • L’ingénieur civil est polyvalent et peut trouver un emploi dans des sphères d’activité variées.

Champs d’intérêt

  • aime apprendre
  • aime résoudre des problèmes
  • se passionne pour la construction, les bâtiments, les structures et les moyens techniques de faciliter la vie en société
  • aime étudier et analyser des rapports techniques

Aptitudes

  • polyvalence
  • précision
  • capacité à travailler en équipe
  • très bon sens de la communication et de l’écoute
Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager